affiche : Lavie moderne, Image Yuan Goang-Ming, Landscape of Energy - stillness , 2014 © Courtesy of the Artist

À partir du 10 septembre, découvrez la 13e Biennale de Lyon avec 60 artistes venus de 28 pays qui racontent le monde contemporain dans trois lieux exceptionnels. Leurs œuvres pleines d’énergie communicative nous offrent un regard neuf et poétique sur la vie quotidienne.

Plus de la moitié des oeuvres ont été créées pour la Biennale. Sous la direction de Ralph Rugoff , les oeuvres choisies suivent le précepte de Marcel Duchamp qui rend le spectacteur tout aussi responsable que l'artiste avec sa compréhension de l'oeuvre.

Trois lieux pour un évènement : le Musée d'Art Contemporain de Lyon,la Sucrière et la Salle 15 du Musée des Confluences.

Parmi les artistes présents : Ahmet Öğüt, Fabien Giraud, Raphaël Siboni, Jeremy Deller, Marinella Senatore, Michael Armitage, Kader Attia, Darren Bader, Sammy Baloji, Yto Barrada, Hicham Berrada, Camille Blatrix, Michel Blazy, Mohamed Bourouissa, Céleste Boursier-Mougenot, Nina Canell, George Condo, Alex Da Corte, Jeremy Deller, Simon Denny, Jessica Diamond, Thomas Eggerer, Cyprien Gaillard, Fabien Giraud & Raphaël Siboni, Guan Xiao, Anthea Hamilton, He Xiangyu, Camille Henrot, Hannah Hurtzig, Cameron Jamie, Johannes Kahrs, Lai Chih-Sheng, Emmanuelle Lainé, Laura Lamiel, Liu Wei, Andreas Lolis, Magdi Mostafa, Daniel Naudé, Mike Nelson, Nguyen Trinh Thi, Otobong Nkanga, Katja Novitskova, Ahmet Öğüt, George Osodi, Anna Ostoya, Tony Oursler, Marina Pinsky, Julien Prévieux, Jon Rafman, Miguel Angel Rios, Ed Ruscha, Massinissa Selmani, Marinella Senatore, David Shrigley, Avery K. Singer, Lucie Stahl, Tatiana Trouvé, Andra Ursuta, Klaus Weber, T. J. Wilcox, Haegue Yang, Yuan Goang-Ming, Arseny Zhilyae.

"La Vie moderne" par le comissaire invité Ralph Rugoff

Il y a dans ce titre une dimension (inévitablement) ironique qui évoque une période plus optimiste de l’Histoire qui se définissait par une foi inaltérable dans la nouveauté, les vertus du progrès et le caractère essentiel de la raison. Aujourd’hui, alors que les événements actuels nous rappellent constamment que la raison ne joue qu’un rôle très limité dans un monde mû par des convictions véhémentes et irrationnelles, l’expression la vie moderne semble être le vestige d’un autre âge. Elle témoigne aussi d’une ambiguïté très nette : qualifier une chose de moderne, c’est l’imprégner d’une aura d’incertitude et suggérer qu’elle est à la fois obsédée par l’Histoire et tournée vers l’avenir. Il me semble que cette ambiguïté évoque parfaitement le caractère changeant des relations actuelles que nous entretenons avec le temps et l’Histoire, bien loin de la prétention qu’avait le modernisme classique d’étouffer et d’escamoter ses dettes envers le passé pour dissimuler ses propres contradictions. Il semble aujourd’hui évident qu’on ne saurait d’échapper à l’Histoire ; notre seule possibilité est au contraire de nous confronter à son héritage et de le réparer.

Alors même que la mort du modernisme (un peu comme celle de la peinture) a été claironnée à maintes reprises ces cinquante dernières années, ces annonces prématurées reflètent ce désir très moderniste de rompre franchement avec le passé ou de réagir à celui-ci – une position qui nous empêche de voir et d’appréhender la situation actuelle et ses liens continus avec l’Histoire. En se démarquant de cette approche, les artistes de la 13e Biennale de Lyon se saisissent d'un modernisme hétérogène, transitoire, bricolé et transpercé par l’Histoire.

Autour de la Biennale

Autour de La vie moderne , trois autres expositions à découvrir : Ce fabuleux monde moderne, Rendez-vous 15 et Anish Kapoor au Couvent de la Tourette ; et deux plateformes à explorer : Veduta et Résonance .

►►► Suivez la 13e Biennalede Lyon sur Instagram

►►► Capturez #laviemoderne sur Instagram

►►► WEBDOC | 70 œuvres d'art contemporain sont accueillies par des particuliers chargés de les faire vivre (par Télérama & Capa)

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.