1964 : c'est l’année du Civil Rights Act, la condamnation à la prison à vie de Nelson Mandela, Martin Luther King reçoit le prix Nobel de la paix, les Jeux Olympiques ont lieu à Tokyo, Leonid Brejnev remplace Nikita Khrouchtchev à la tête du Parti communiste d'Union soviétique. Ian Fleming, Maurice Thorez, et Nehru nous quittent, Jacques Anquetil gagne le Tour de France pour la cinquième fois, et Les Parapluies de Cherbourg remporte le Grand Prix, qui ne s'appelle pas encore palme d'or, du Festival de Cannes...

Et à France Inter ?

on accueille Michel Legrand et ses Parapluies :

Les parapluies de Cherbourg
Les parapluies de Cherbourg © Radio France

Hier, le film Les parapluies de Cherbourg a obtenu tout le succès qu'il mérite.

Le 12 mai, l’émission Rendez-vous à 5 h, reçoit Michel Legrand . Le compositeur évoque la présentation à Cannes du film de Jacques Demy, dont il a signé la musique.

Rendez-vous à 5 h est le magazine féminin de la radiodiffusion française de 1950 à 1966. On y trouve des rubriques de mode, de cuisine, un feuilleton, des poèmes demandés par les auditrices, et des participations de chansonniers. Créée pour répliquer au succès du Passe-temps des dames et des demoiselles sur Radio Luxembourg, l'émission traite de sujets aussi divers et importants que la polygamie ou... l'art d'éviter les querelles de ménage ! Animée par Manette Sauzay et Marina Grey , on y entend aussi les voix radiogéniques de deux hommes Roland Forez et Pierre Divoire , dont les auditrices tombent amoureuses. En 1966, l'émission est remplacée par une autre au nom plus compliqué : 1719/1829 = GK + JMH __ !

Barbara et Dick Rivers dans les Ardugos :

Ardugo , contraction de Ar (pour JoséArtur ) Du ( pour JacquesDupont ) et Go (pour MichelGodard ), les noms des créateurs, est créée en novembre 1963 pour rajeunir l’audience, et contrer la concurrence d’Europe n°1. Elle diffuse des "tubes", des ovations, et des dédicaces… Elle voit, entre autres, débuter Ivan Levaï, Christine Pilzer et Claude Pierrard.

 Christine Pilzer Michel Bichebois - France Inter a 50 ans
Christine Pilzer Michel Bichebois - France Inter a 50 ans © collection privée de Michel Bichebois

L'année précédente, le 23 novembre 1963, c'est au cours de cette toute jeune émission que les auditeurs apprennent la mort du président Kennedy. C'est José Artur qui le raconte en 2008 au micro de Stéphane Bern :

Je mimais des disques, je mimais des trucs de Presley, avec une guitare, je faisais du play back sur ses disques en public

En 1964, le chanteur Dick Rivers, alors âgé de 18 ans, vient se présenter. Il revient sur ses débuts. Il a créé trois ans plus tôt Les chats sauvages. Il explique comment il a trouvé le nom de son groupe :

Nous recevons dans cette séquence des chanteurs qui le sont vraiment, qui chantent ce qu'ils ont envie d'exprimer, sans aucune autre préoccupation, ils se moquent des questions bassement matérielles

Le 24 janvier, c'est Barbara qui est reçue dans la rubrique Sans concessions de Claude Dominique :

Ils ont de l'avenir ces Beatles !

On passe à l'antenne des disques repérés par une correspondante à Londres. Ce jour là,I want hold your hand , des Beatles, passe le test :

Inter route

Maison de la Radio ORTF
Maison de la Radio ORTF © Photothèque de Radio France

Roland Dhordain directeur de la RDF, et créateur de Inter service route revient sur l'origine de l'émission. Il souhaite une reconnaissance par la police de ce service :

Roland Dhordain (1924-2010) est un ancien instituteur. Détaché aux Éclaireurs de France, dont il dirige le service de presse, il débarque à la RDF où il présente L'Appel scout en 1948. Il imagine ensuite une émission pour la jeunesse, La République des jeunes , avec Guy Montassut et Paul Soucasse avant d'intégrer le service reportage de la rédaction. Il est le collaborateur de Pierre Desgraupes dans Paris vous parle à partir de 1955. Il crée le multiplex, les émissions destinées aux automobilistes Route de nuit et Route en direct.

En 1962, Alain Peyrefitte lui confie la réforme de la RTF. Il est alors producteur et conseiller d'Agathe Mella , directrice de France I. Son plan est accepté. En découle l'organisation actuelle des radios de Radio France, avec la constitution des trois chaînes France Inter (appelée RTF Inter dans un premier temps), France Culture et France Musique.

Nommé directeur adjoint de la radiodiffusion (1963), puis directeur (1968, après un passage à la direction des relations publiques du Club Méditerranée),il dirige à ce titre France Inter . Il quitte la radio pour la télévision dans les années 70, avant de revenir comme producteur à France Inter en 1983.

Dans son Roman de la radio , il raconte comment il a découvert ce qui allait occuper une part importante de sa vie. Il a d'abord été fasciné par le poste de sa grand-mère déposé sur un buffet Henri II entretenu avec amour. Puis par celui de son père :

Le poste de papa, c'était un monstre mystérieux, enfermé dans une armoire beaucoup plus haute que moi dont les portes s'ouvraient sur un univers de boutons, de cadres et de lampes grandes comme des verres à bière . Sur le dessus du meuble, une antenne très compliquée, sorte de cadre mobiletissé de fils bleus, jaunes et verts , tournant sur un support métallique.

La manœuvre n'était pas simple pour entendre quelque chose, papa devait d'abord laisser chauffer les lampes après avoir branché les accus. Il fallait ensuite tourner lentement le gros bouton de recherche des stations, de la main gauche, et de la main droite, orienter l'antenne en manipulant le cadre avec précaution. Du grand art !

Il poursuit :

Tous les soirs, assis devant le poste, et regardant le petit œil vert, je me demandais comment on en était arrivé là, et quelle magie rendait tout cela possible.

Les auditeurs trouvent le nom des futures chaines :

Sur une musique très sixties, voici le communiqué duconcours Baptême RTF 1964 diffusé en octobre 1963 :

Logo RTF
Logo RTF © Radio France

Ce concours, organisé en collaboration avec des associations de téléspectateurs et d'auditeurs, propose aux Français de trouver un nom pour chacune des trois nouvelles chaînes de laRadiodiffusion Télévision Française et de donner un slogan ou une devise pour RTF Inter.

En récompense, les participants peuvent gagner l'un des quatre prix : un tour du monde des stations de radio, 20 000 francs en espèces et deux voitures ! La lauréate du concours Baptème RTF 1964 , qui a trouvé le nom de France Inter, est Madame Jeanne Gérard (1897 - 1985). Son fils Michel l'a accompagnée dans son tour du monde.

Conséquence de la création de l'ORTF le 27 juin, notre antenne devenue l'année précédente RTF Inter, résultat d'une fusion entre les ex-France I et France II, prend son nom définitif. Tandis que RTF promotion (ex-France III) devient France Culture, et RTF Haute fidélité (ex- France IV), France Musique.

Écoutez l'émission La marche de l'Histoire de Jean Lebrun du 2 décembre 2013, consacrée au Baptême de France Inter en 1963 avec l'historien des médias Jean-Noël Jeanneney

On accueille le médaillé olympique :

Pierre Jonquères d’Oriola, champion olympique de hippisme aux Jeux de Tokyo , est interviewé à son arrivée à l’aéroport d’Orly. Il raconte son voyage de retour, et évoque les circonstances de l'épreuve. Mais ne peut présenter sa médaille :il l’a laissée au cou de son cheval , Lutteur-B, un bai brun normand de 9 ans.

Il a réalisé un sans-faute face à 46 concurrents. On comprend l'empressement à aller l'accueillir à sa sortie d'avion : sa médaille, gagnée le dernier jour, est la seule en or pour la France !

Foyer ORTF
Foyer ORTF © Photothèque de Radio France
### "Y'a d'la paillette à la tonne" chez Patachou
Patachou en 1961
Patachou en 1961 © By Harry Pot / Anefo (Nationaal Archief) [CC-BY-SA-3.0 via Wikimedia Commons
Toujours dans **_Rendez-vous à 5 h_** , on interviewe la chanteuse **Patachou** sur son départ pour les États-Unis. Elle va chanter dans une revue avec les Folies Bergères. Celle qui a lancé Georges Brassens dans son cabaret, en profite pour chanter un extrait d'une de ses futures chansons :
### Le bonus : Interrogé par Yves Mourousi, José Artur revient en 1974 sur ses premiers pas à France Inter dans la tranche du matin. Le créateur du _Pop-club_ revient sur sa mise à pied de trois jours après avoir fait une blague sur la naissance du Christ dans une émission de Noël :
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.