En 1966, Jean Lecanuet crée le Centre démocrate, Michel Polnareff présente "une poupée qui fait non ", John Lennon affirme que les Beatles "sont plus populaire sur Jésus", "Un homme et une femme " de Claude Lelouch est plébiscité à Cannes,

"Les élucubrations " d'Antoine agacent Johnny qui réplique par "Cheveux longs et idées courtes ",André Breton décède, l'Angleterre remporte la Coupe du monde de football,et José Artur fait imprimer des "cartes de membres" du Pop Club.

Pop club invitation 1966
Pop club invitation 1966 © Radio France

Et pendant ce temps là sur France Inter…

Les audiences remontent… En trois saisons, Roland Dhordain  peut se targuer d'avoir remonté l'audience de la station, qui était en perte de vitesse lors de la création de la station. Un ton nouveau, plus dynamique, plus jeune fait que France Inter fait cette année là jeu égal avec ses concurrentes Europe n°1 et Radio Luxembourg. Et si le ton plus jeune transparait surtout dans les programmes : la fougue de Klein , le dynamisme de Bardin , la chaleur de Lourier , la vivacité d'Annick Beauchamps  - mais aussi par le traitement de l'information  :

La chaîne a pour cheval de bataille l'information, et c'est par l'information que nous avons reconquis une partie du public

2 min

Dhordain Garat 1966

Pierre Dac fait le pitre

Le téléphone sonne… - Répondez Mlle Troussecotte. Nous n’y sommes pour personne puisque tout le monde ignore que nous sommes ici !

Bons baisers de partout 1966 CD
Bons baisers de partout 1966 CD © Radio France

Un festival de bons mots et calembours, des épisodes qui durent parfois 3 parfois 10 minutes et un héros plus proche d'OSS 117 que de James Bond :

5 min

Bons baisers de partout 1966

Ce feuilleton, réalisé par Jean-Wilfried Garrett  (auteur également de La Symphonie Lorraine qui fait office de générique) ne devait durer que quelques mois. Il sera diffusé jusqu’en 1971 et comptera 740 épisodes.

Jean Bardin fait les 400 coups

Jean Bardin 1972
Jean Bardin 1972 © Radio France

Et Jean Bardin  relève le défi d’organiser chaque soir, à 20h30, une fête à l’extérieur des studios, et d’imaginer une folie en direct et en public.

En sorte, chaque soir, faire les 400 coups.

Autour de Jean Bardin, toute une équipe : Pierre Wiehn, André Blanc, Daniel Hamelin, Jean-Marie Houdoux  et Annick Beauchamps . Ensemble ils imaginèrent un concours de natation entre Jean-Claude Killy, Roger Bambuck et Bobby Lapointe (entre autres), une virée en bus de la RAPT dans les bois de Chaville pour cueillir le muguet du 1er mai, une traversée de la Seine en combinaison d’homme-grenouille (c’est Philippe Clay qui s’y colla). Et ce qui marqua Roland Dhordain :

Un soir Jean se trouve tout seul en tenue de footballeur, mais micro en main, sur un stade de la région parisienne. Nous avons voulu savoir si par la force de notre seule antenne on pouvait en quelques minutes organiser un match de football. Trente minutes après l’appel de Jean Bardin, une centaine de footballeurs se présente à nous, et dix minutes après, trois fois plus de spectateurs se pressent autour du terrain

5 min

Bardin "les 400 coups" 1966

Inter a sa Madame

Annick Beauchamps
Annick Beauchamps © Radio France

Je suis mariée, j'ai deux enfants, j'ai 26 ans

Annick Beauchamps  est entrée à 20 ans à peine au service des variéts de France V à Alger. Elle est ensuite la meneuse de revue de SLC sur Europe 1. Assurance, dynamisme, charme et intelligence : Annick Beauchamps "tient le micro" et - comme on le voit dans cette vidéo - crève l'écran :  

BONUS >   les jeunes Michel Polac  et François-Régis Bastide , cigarettes et lettres en main, évoquent les auditeurs du "Masque et la Plume "

Ce qui les passionne - et c'est regrettable en un sens - c'est la joute oratoire

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.