Ranucci est éxécuté, les Verts sont éliminés en finale de la Coupe d'Europe, le RPR et le FLNC voient le jour, "Le vieux fusil " de Robert Enrico remporte le César, Gabin, Malraux et Queneau tirent leur révérence, Johnny fredonne "Gabrielle ".

Et pendant ce temps-là sur France Inter...

un l'enfant paraît

Ce que je voudrais faire, c’est aider les parents à réfléchir à ce qu’ils pourraient faire.

Jacques Pradel, Catherine et Françoise Dolto
Jacques Pradel, Catherine et Françoise Dolto © Radio France / Roger Picard

En 1976, Jean Chouquet , conseiller pour les programmes, et Pierre Wiehn , directeur de France Inter demandent à la psychanalyste Françoise Dolto d’intervenir dans l’émission « Le temps de vivre » présentée par Jacques Pradel .

La psychanalyste est déjà reconnue pour ses travaux son approche radicalement différente de la relation parents / enfants. Françoise Dolto répond chaque semaine aux questions des auditeurs : «Elle disait qu’elle ne répondrait qu’aux lettres. Qu’en écrivant, les auditeurs prendraient le temps de réfléchir. Dans son esprit, c’était pour eux une manière de commencer à résoudre leur problème » se souvient Pradel dans le Hors-Série Télérama consacré à Dolto en 2008.

Lorsque l’enfant paraît (le titre est tiré d’un poème de Victor Hugo) connaît très vite un succès considérable. Dix petites minutes quotidiennes qui dureront deux ans. Et qu’elle résumait ainsi :

Il s’agit de rendre un peu de bon sens dans la relation « parents-enfants

une promenade dans Paris

En 1976, le duo Gilles Davidas / Thomas Sertillanges présentent "Du cinéma pour l'Oreille ". Ils se sont rencontrés sur les banc d'un cours d'Art dramatique et ont rejoint en 1974 l'équipe de "L'Oreille en Coin". Le 3e homme de l'équipe, dans l'ombre mais essentiel, est le technicien Yann Paranthoën . "Le Cinéma pour l'Oreille" est composé, 5 ans durant, de séries consacrées à des genres cinématographiques (le western, la comédie musicale...).En novembre, ils font exception à la règle pour une séquence magique et rare : une promenade dans Paris avec Serge Gainsbourg qui revient sur les lieux de son enfance.

Un entretien que France Inter rediffusera à la mort du chanteur en 1991. Serge Gainsbourg ne fut pas le seul à revenir ainsi sur les pas de son enfance : Marcel Jullian, Francis Lemarque, Raymond Bussière et Annette Poivre, Jean-Pierre Cassel, Jean-Louis Bory, entre autres, ce sont également prêtés au jeu.

Jean-Pierre Elkabbach en Corrèze

Elkabbach 1976
Elkabbach 1976 © Radio France

Avant d’être un des journalistes vedette d’Europe 1, Jean-Pierre Elkabbach fut une voix de France Inter.

Journaliste à l’ORTF, il fut mis au placard pour avoir fait grève en mai 1968. Deux ans après il devient présentateur du journal télévisé (sur la Première Chaîne, puis la Deuxième chaîne, qui deviendront TF1 et Antenne 2).En 1974, il rejoint France Inter où il présente la grande tranche d’information de la mi-journée : « le 12-14 ».

En 1976, il « décentralise » son 12-14 dans une ferme de Corrèze où il interviewe celui qui est alors Premier ministre Jacques Chirac :

Villers marche et rêve

Cette année là, Claude Villers propose une nouvelle émission. Bouffées d'air frais et retour à la nature avec son "Marche ou rêve ". Une pléiade de reporters (voir la photo ci-dessous. Ne manque que la fidèle réalisatrice de Claude, Monique Desbarbat ) entraîne les auditeurs dans des ballades en plein air, dans tous les recoins de France. Illustration ici, à La Réunion :

Villers marche ou rêve 1976
Villers marche ou rêve 1976 © Roger Picard

Cette année-là, une édition du "Le Masque et la Plume" est filmée. L'occasion de voir en images une de ces fameuses joutes oratoires qui animent l'émission chaque dimanche. Ici, c'est un film de Jacques Demy qui divise Gilles Jacob, Jean-Louis Bory et Georges Charensol , sous l'oeil amusé de François-Régis Bastide .

BONUS > les unes du supplément illustré de "L'oreille en coin" (il y eut 6 numéros au total). 16 pages, 31 000 exemplaires par numéro dans lequel les producteurs de l'Oreille adaptent leurs émissions. Les couvertures sont illustrées par Paolo Garretto , le père de Jean.

L'oreille en coin illustrée 1976
L'oreille en coin illustrée 1976 © Radio France

Le Prix du Livre Inter - présidé par Maurice Genevoix - est attribué à "Le Ravenala ou l'Arbre du voyageur " de Jacques Perry (Albin Michel)

Le ravenala ou l'arbre voyageur couv
Le ravenala ou l'arbre voyageur couv © Radio France

> Je voulais grimper sur la pyramide, au centre du rond-point. Je n'avais pas assez de force pour étreindre longtemps la pierre anguleuse mais j'essayais souvent et je gagnais quelques centimètres. Le jour où je parvins au sommet, je pris la pointe entre mes mains et je tournai mes regards en tous sens : les huit routes se rencontraient au bout de mes doigts et j'occupais le point exact où je n'étais engagé sur aucune.

Mots-clés :
Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.