1988 c'est l'inauguration de la Pyramide du Louvre, la libération des trois otages français du Liban, les accords de Matignon, la mort de Françoise Dolto et Pierre Desproges, l'explosion des Inconnus, les Victoires de la Musique de Claude Nougaro et Mylène Farmer, le César d'Au revoir les enfants ...

Et c'est aussi sur France Inter...

Quelques aménagements côté rédaction et information. Michel Meyer , directeur de l'information de la station depuis 1986, répondait dans une interview à Télérama à la rentrée de septembre :

Notre problème a été de construire un châssis et un socle solides, qui tiennent la route. Maintenant, on se lance dans la carosserie

Une tranche matinale qui commence dès 5h30, Jacques Pradel (qui prend en charge le 7h-8h), Denis Astagenau à la revue de presse, le 13h de Claude Guillaumin rallongé d'un quart d'heure.

telerama 1988 inter
telerama 1988 inter © Radio France

Côté programmes : une nouvelle grille dessinée par Eve Ruggieri, et qui a dès la fin août les honneurs de Télérama. Une grille faite de séduction et de rigueur pour :

habiller la culture et la rendre accessible au plus grand nombre.

La première chose fut de la remplacer le matin : "Eve raconte " qu'elle présentait chaque matin à 9h depuis 1979 laisse la place à "Ecran Total " de Marcel Jullian, que les auditeurs écoutent depuis 1986. Certaines voix - déjà emblématiques - continuent leurs émissions comme Pierre Bouteiller ou Jean-Louis Foulquier.

On prend les mêmes quand ils sont les meilleurs. Pourquoi en changer ?

Et puis quelques nouveautés comme" Bienvenue au Paradis" de Claude Villers avec Luis Rego et Isabelle Motrot respectievemnt dans les rôles de Lucifer et l'ange reporter. Pour incarner un ange blanc, Eve Ruggier rêvait de... Frédéric Mitterrand qu'elle jugait idéal pour des réquisitoires chics et lyriques :

Il est excité comme une puce à cette idée, mais il a des propositions à la télé... Je prie le Bon Dieu pour l'avoir !

Parmi les autres nouveautés de la grille : le "Pont des artistes " d'Isabelle Dhordain . Ici la musique est vivante et partagée. Chaque semaine se rencontrent des artistes confirmés ou de jeunes talents, qu'ils soient auteurs, compositeurs, chanteurs ou musiciens... Aucun play-back autorisé : les titres sont joués en live, devant les 250 specateurs du studio 105 qui se pressent chaque mercredi aux enregistrements. A ses débuts l'émission est présentée par le duo père - fille Roland et Isabelle Dhordain, Isabelle prenant seule les rênes du "Pont" dès 1990 avec un seul credo :

Je veux aider à la création. Je travaille hors promotion avec des gens qui ne sont pas nécessairement signés par une maison de disques. D'où le live. Cela permet de découvrir des jeunes talents

pont souchon plateau final 2012
pont souchon plateau final 2012 © Radio France

En public, chaque semaine, interviews et sessions live s'enchaînent. Chanson française, pop, jazz, bossa... tous les genres sont représentés : Kat Onoma comme Bernard Lavilliers, Cesaria Evora ou Daniel Darc, les Fabulous Trobadors comme Raul Paz . Isabelle jette des ponts d'une musique à l'autre, d'un artiste à l'autre.

L’émission est aussi un tremplin : pour certains artistes "le pont" fut leur première vraie scène médiatique : les Têtes Raides, Arthur H, Dominique A, Vincent Delerm ou Mano Solo.

En 2012, en cloture d'une journée spéciale Souchon sur France Inter, Isabelle avait réuni un plateau surprise autour de lui : Jane Birkin, Louis Chedid, Laurent Voulzy, Jeanne Cherhal, Vincent Delerm ... qui dit mieux ?BONUS > Souvenir de l'été 2012 : dEUS en live sur "le pont"

En 1988 Eve Ruggieri remet "sur le pont" un talent déjà bien confirmé : Jacques Chancel revient sur l'antenne avec ses "Radioscopies ".

Jacques Chancel
Jacques Chancel © Radio France / Roger Picard

En 1967, alors qu'il travaillait avec Annick Beauchamps ("Madame Inter"), Jacques Chancel s'est vu proposer par Roland Dhordain un grand entretien diffusé en fin d'après-midi. Ce sera "Radioscopie", du titre trouvé par Arnaud Ténèze , alors conseiller de Dhordain.

Diffusée sans interruption jusqu'en 1982, elle reprendra de 1988 à 1990 et sera ensuite rebaptisée "Guetteurs du siècle".

Plus de 5 000 personnalités seront "radioscopées" : artistes, écrivains, journalistes, économistes, explorateurs, ministres en exercice...

Et Dieu dans tout ça ?

aurait dit Chancel - qui nie farouchement ! (extrait du Dictionnaire de la radio de Robert Prot).ECOUTER > la radioscopie de Claude Levi Strauss :

misayre couv
misayre couv © Radio France

Le Prix du Livre Inter - présidé cette année par Jacques Laurent - est décerné à "Misayre ! Misayre ! " de François Salvaing (Balland).

Plus tard quelqu'un parlera de l'exorbitante absence des mouches. Un autre, de la pâleur torride des murs. Un troisième citera le sang survenu des femmes, opaque et simultané dans toutes les maisons, cabanes, huttes, de Fouïch et de sa campagne, sans en omettre une seule

L'histoire est basée sur un conte traditionnel répandu dans de nombreux pays, celui du forgeron Misère.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.