Si vous avez visité le Centre Pompidou, vous en êtes peut-être parti avec une peluche à son effigie. Sorte de "mascotte" du musée, le Rhinocéros répond à nos questions.

Le Rhinocéros dans les galeries du Centre Pompidou
Le Rhinocéros dans les galeries du Centre Pompidou © CC BY 2.0 / Flickr / Melanie Lazarow

Rouge, imposant, brillant : le "Rhinocéros" créé par Xavier Veilhan en 1999 pour une boutique Saint-Laurent à New-York fait désormais partie des collections du Centre Pompidou, où il est devenu une sorte de mascotte. Créature sauvage devenue objet de luxe, elle reste très liée au monde des images et de l'imagination.

ECOUTEZ | L'interview du "Rhinocéros" de Xavier Velihan, avec la participation de Frédéric Fromet

Le Rhinocéros, avec sa forme préhistorique, est traité comme un objet bolidiste - en référence à un mouvement de designers italiens dans les années 80. Ses petits détails sont gommés, sa carosserie vernie, comme pour une voiture de sport. Une façon de lui donner corps en le transformant, au sens étymologique du terme, c'est-à-dire en changeant la perception du spectateur.

La rediff'

En août 2015, nous avons rencontré "Jaune Rouge Bleu", l'un des tableaux vedettes de la collection du Centre Pompidou, signé Vassily Kandinsky. Ce tableau abstrait nous a raconté que ce n'est pas parce qu'il ne représente rien qu'il ne raconte rien : pour lui, son histoire, c'est celle de la rencontre du soleil (le jaune) avec la lune (le bleu) pour créer l'aube et le crépuscule (le rouge).

REECOUTEZ | L'interview de "Jaune Rouge Bleu" dans Bav[art]dages

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.