Son ombre plane sur la mediatheque. L'homme chauve-souris est à l'honneur à Angoulème, tout comme Jérémie Moreau et sa "saga de Grimr" ou les inoxydables "Tom-Tom et Nana"

L'expo "Batman 80 ans, un genre américain démasqué" au festival international de la bande dessinée d’Angoulême
L'expo "Batman 80 ans, un genre américain démasqué" au festival international de la bande dessinée d’Angoulême © Maxppp / Renaud Joubert

L'exposition "Batman 80 ans, un genre américain démasqué" à la Médiathèque L'Alpha jusqu'au 27 janvier  

La batmobile, la batcave, les cellules du Joker ou du freezer à l'asile d'Arkham et des planches originales tout à fait magnifiques et exceptionnelles. L'exposition Batman va fasciner autant les néophytes que les experts. Univers crépusculaire, rire démoniaque du Joker, éclairs et musique, entretiennent l'atmosphère noire et tourmentée du héros qui fête ses 80 ans, redynamisé en 1986 sous la plume de Franck Miller. Les dessins, exposés dans les deux dernières salles, immortalisent ce héros sans super pouvoir qui lutte contre le mal. Le chevalier noir est ici dans son élément tout comme le visiteur.

L'exposition "La saga de Jérémie Moreau" à la médiathèque L'Alpha jusqu'au 9 février 

Jérémie Moreau a travaillé sur ordinateur puis a découvert le plaisir et l'angoisse de dessiner à l'aquarelle.
Jérémie Moreau a travaillé sur ordinateur puis a découvert le plaisir et l'angoisse de dessiner à l'aquarelle. © Radio France / Jacqueline Pétroz

Jérémie Moreau est l'enfant de la BD. Et Angoulême est son territoire. Son Fauve d'or du meilleur album en 2018 pour "La saga de Grimr" chez Delcourt consacre un parcours tout entier consacré à sa passion. À 8 ans, il participe pour la première fois au concours de la BD scolaire du Festival et le remporte en 2005. Puis c'est le prix Jeunes Talents en 2012. Enfin la boucle est bouclée avec son exposition cette année. Et cette toute première rétrospective est passionnante. On découvre à travers les planches de ses différents albums toute l'évolution d'un dessinateur. Du Singe de Hartlepool à Max Winson en passant par Tempête au haras on suit les affres de la création et ses doutes. Jérémie Moreau a travaillé sur ordinateur puis en quelques années a découvert le plaisir et l'angoisse de dessiner à l'aquarelle. Pas de retouches possibles, mais une profondeur des couleurs et un toucher plus affirmé et à la fois plus subtile. Une exposition qui permet au visiteur d'entrer dans le travail et presque dans la tête d'un bédéiste de talent.  

L'exposition "Tom-Tom et Nana présentent : tout Bernadette Després" au quartier Jeunesse jusqu'au 27 janvier 

L'exposition, très ludique, recrée la ville des deux enfants
L'exposition, très ludique, recrée la ville des deux enfants © Radio France / Jacqueline Pétroz

Celui qui aurait dit à Bernadette Desprès que Tom-Tom et Nana, 40 ans après leur création, seraient toujours aussi aimé des enfants et de leurs parents, aurait bien fait rire la dessinatrice. Aujourd'hui cette petite dame âgée, pleine d'enthousiasme et tout sourire s'en amuse. L'exposition très ludique recrée la ville des deux enfants avec les liens des albums, permet en une fresque de retrouver tous les personnages, de Tante Roberte à Monsieur Duboyau ou Monsieur Henri. Mais l'univers de Bernadette Desprès c'est aussi des jeux, les personnages d'Annie ou Nicole et des chansons. Les enfants s'amusent et les parents retrouvent les héros de leur enfance. Rien n'est plus intergénérationnel que cette exposition pleine de bonne humeur et d'humour. Bernadette Desprès qui a un message "Écoutez, je vous en prie garder votre goût d'enfance et de pouvoir rire même après, quand vous deviendrez des parents sérieux. Quand je vois des parents trop sérieux ben qu'ils lisent 'Tom-Tom et Nana' ça leur fera du bien. Je crois que l'humour sauve de tout, il peut sauver les rapports humains." 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.