Tentative de réhabilitation des « nanars » de la BD : des BD passées de mode, mais qui ont touché les dessinateurs d’aujourd’hui.

Couvertures de Buddy Longway de Derib, et de Chevalier ardent de François Craenhals
Couvertures de Buddy Longway de Derib, et de Chevalier ardent de François Craenhals © Le Lombard et Casterman

5/8 - Cette semaine, après Grégory Mardon qui n'osait pas dire qu'il aimait deux BD de Manara, c'est Matthieu Bonhomme (L’Homme qui tua Lucky Luke), rencontré à BD à Bastia, évoque son amour pour les auteurs de Buddy Longway et de Chevalier ardent.

Matthieu Bonhomme : "Dérib est un auteur qui n’est pas très "bankable", il n’est pas du tout revendiqué par les nouvelles générations et son dessin n'est pas forcément dans l'air du temps. Mais moi, il m’a ouvert les portes d’un autre auteur : Cosey.

C'est par Dérib que Matthieu Bonhomme a découvert le travail du dessinateur Cosey. Ici une planche de "Peter Pan" de Cosey;
C'est par Dérib que Matthieu Bonhomme a découvert le travail du dessinateur Cosey. Ici une planche de "Peter Pan" de Cosey; / Le Lombard

Dérib, c’est un ancien. Il y avait dans ses histoires quelque chose de magique, de poétique et de profondément humain - même si je n'en avais pas conscience alors. Il a été dans l’atelier de Joseph Gillain. Il avait une façon de dessiner très classique. J'ai adoré Buddy Longway quand j’étais petit. Je suis parti dans cette histoire à fond la caisse. Derib fait partie des auteurs que j’ai recopiés quand j’étais petit, avec Morris, ou Giraud

Planche de Buddy Longway de Derib
Planche de Buddy Longway de Derib / Le Lombard

Ce sont des hommes qui m’ont donné envie de faire de la BD

Planche de Buddy Longway de Dérib
Planche de Buddy Longway de Dérib / Le Lombard

Ils m’ont emmené vers le western, mais lui avait quelque chose d’humain et de sensible d’assez exceptionnel surtout pour cette époque-là. On était vraiment dans la grosse aventure. Toutes les aventures de Buddy Longway, je les trouvais super. Mon fils avait 10 ans quand il les a lues : il les a dévorées en 3 trois jours tellement il était happé.

Un autre dessinateur qui m’a beaucoup intéressé, mais sur le moyen-âge cette fois, c’est François Craenhals. Quand on ouvre aujourd’hui Chevalier ardent, on se dit, c’est d’une autre époque, un autre temps. Mais les 3 premiers albums sont de superbes histoires avec d'incroyables scénarios. Quand je lisais ça ado, j’étais comme un fou. Dérib et Crahenals sont des mecs qui n’ont pas la carte, et qui, pourtant, ont fait une vraie œuvre, qui étaient sincères. Ils m'ont beaucoup apporté."

Planche de Buddy Longway de Derib
Planche de Buddy Longway de Derib / Le Lombard

Les précédentes BD "honteuses"

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.