A Blois, l'ancien musée de l'Objet se transforme en Fondation du Doute, dédiée au mouvement Fluxus, sous la houlette de l'artiste Ben. Entreprise de démolition des certitudes. La visite avec Alain Goulesque, directeur de l'Ecole d'Art de Blois.

Avant d'entrer, se souvenir que la Fondation du Doute est conçue pour vivre pendant 8 ans avec les collections prêtées par Ben et par Gino di Maggio, le plus important collectionneur et soutien du mouvement Fluxus.

Se souvenir qu'il y a 20 ans, Ben a conçu sur le site de l'Ecole d'Art, le Mur des Mots. Ce mur aujourd'hui s'agrandit, et devient la parure d'un lieu rempli de centaines d'oeuvres issues ou parentes du mouvement Fluxus.

Ca commence par une salle rouge, hommage à John Cage , puis des salles d'expositions, mais aussi un bar, de telle sorte que la fondation peut aussi être tout simplement un lieu de rendez-vous, autant qu'un lieu de rencontres, de débats et de recherche.

Au centre, un espace dédié au Combat des idées , pour rejouer le match en Dada, Surréalisme, lettrisme, fluxus, situationnisme, etc.

Alain Goulesque évoque une fondation pour accompagner les doutes de notre époque

fondation du doute
fondation du doute © fondation du doute

Il s'agit de remettre Fluxus dans le sens de l'histoire, voir ses rendez-vous, happenings, provocations, et autres comme des ancêtres du Flashmob, du barbouillage des pubs dans le métro. La fondation du doute existe grâce aux prêts du collectionneur Gino di Maggio

Wolf Vostell, 1975, Fandango, 40 portières et peintures
Wolf Vostell, 1975, Fandango, 40 portières et peintures © ADAGP 2012

La Fondation du Doute > Le Musée de Saint-Etienne et l'exposition consacrée à Fluxus>

blogcs signature C Simeone
blogcs signature C Simeone © Radio France / C Siméone
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.