123 gouttes de Cage, plus une cuillère de Duchamp, plus une pincée de zen, plus un verre de constructivites polonais, et russe, plus un grog, le tout secoué fort et servi sans glace. Voilà comment Ben présente, la Fondation du doute qui ouvre le 6 avril 2013, à Blois. Un lieu presque indéterminé dont l'objet principal est de poser des questions sur l'art.

On pourrait résumer ainsi: mais qu'est-ce que donc que ce Baz'art?

Dans les bâtiments qui abritent déjà l'Ecole d'art et le Conservatoire, à la place de l'ancien Musée de l'Objet, qui fonctionnait avec le prêt du collectionneur Eric Fabre, l'artiste Ben installe une Fondation du doute pour 8 ans. Ce sera donc un musée éphèmère et iconoclaste.

Le mur et la cour du doute
Le mur et la cour du doute © Radio France

Centrée sur le mouvement Fluxus , et la période 1960-1970, avec une quarantaine d'artistes représentés, dont les oeuvres appartiennent en général soit à Gino Di Maggio, soit à Ben lui-même, la Fondation du Doute , permettra de consulter quelques 300 oeuvres, vidéos ou documents. De grands ensembles sont présentés comme l’oeuvre Fandango de Wolf Vostell (1974), 12 tableaux pièges astro-gastronomiques de Daniel Spoerri (1975), des oeuvres importantes de Nam June Paik, Allan Kaprow , une création de Yoko Ono .

Ben raconte sa collection autour du mouvement Fluxus, puisqu'il en est un membre essentiel et encore actif, une oeuvre de Robert Filliou, et quelques considérations sur John Cage

<img src="https://www.franceinter.fr/s3/cruiser-production/2013/03/9350157a-9aa8-11e2-a0a6-782bcb6744eb/640_mea1-gotoblois.jpg" alt="Ben fondation du doute" width="617" height="193" />
Ben fondation du doute © fondation du doute

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.