À l'E3, le jeu vidéo est roi
À l'E3, le jeu vidéo est roi © Radio France / Hélène Chevallier

C'est le plus grand salon du jeu vidéo : l'E3 a ouvert ses portes lundi à Los Angeles. Depuis, les principaux acteurs du domaine ont présenté leurs nouveautés. Et cette année, pas ou peu de nouveau matériel. Le mot d'ordre c'est : du jeu, du jeu, du jeu.

Du jeu plein de testostérone, d'abord, à l’image du nouveau Call Of Duty Advanced Warfare qui a ouvert la conférence de Microsoft. Le constructeur a bien retenu les leçons de l’année passée : pas de focus sur les fonctions multimédia de la XBox One, pas une seule fois le mot "Kinect" prononcé. L'objectif, c'était de reconquérir les gamers après une conférence 2013 complètement ratée.

Chez Microsoft, on tire les leçons du passé

Microsoft a donc choisi de ne pas trop prendre de risques. Retour aux bases : avec d'abord Halo , série phare de la console, jusqu'à l'overdose avec la remasterisation des quatre premiers épisodes, et la sortie d’un Halo 5 en 2015. Des voitures également avec Forza Horizon 2 , et dans un tout autre genre un nouvel épisode de Fable intituléLegends .

Parmi les surprises, le totalement déjanté Sunset Overdrive, où l’on incarne un jeune punk qui doit défendre sa ville contre de vilains mutants contaminés par des canettes de soda.

Enthousiasmant également, le beaucoup plus poétique Ori and the Blind Forest où une mystérieuse créature doit sauver sa forêt de la perdition.

Microsoft doit rattraper son retard face à son concurrent Sony qui a déjà vendu plus de 7 millions de PS4 contre 5 pour la XBox One.

Un retard ? Pas du tout, pour Hugues Ouvrard, en charge de la division XBox One Chez Microsoft France

Sony ne fait pas de surprises

Le constructeur japonais assure l’essentiel. Avec son lot de classiques : un Little Big Planet 3 , une remasterisation pour la PS4 de son succès de l’année dernière The Last of Us et quelques images de Uncharted 4 . Un belle nouveauté tout de même : The Order 1886 , un jeu de tir qui se déroule dans un Londres rétro-futuriste infesté par des mutants.

Il faut dire qu'à l'inverse de ses concurrents, Sony est en pleine partie gagnante, et sa PS4 rencontre pour l'instant le succès attendu. Mais le constructeur japonais veut rester humble.

Sony ne veut pas crier victoire trop vite. Philippe Cardon, patron de Sony Computer Entertainment France

Contrairement à celle de Microsoft, la conférence Sony ne s’est pas privée de parler d’autre chose que de jeux vidéo... quitte à endormir une partie de son auditoire. Parmi les autres annonces, le constructeur a rapidement montré Morpheus, son casque de réalité virtuelle, et annoncé le lancement aux États-Unis de la PlayStation TV et de son système de cloud gaming PlayStation Now.

Nintendo reprend confiance

Ce n'est pas un secret, Nintendo n’est pas au mieux de sa forme. La Wii U peine à trouver des acheteurs et pour la deuxième année consécutive, pas de conférence pour le constructeur japonais. Il a préféré annoncer ses nouveautés dans un Digital Event, une vidéo diffusée sur Internet, parsemée de quelques séquences assez drôles, qui ne font pas regretter les anciennes conférences, plus classiques.

Nintendo succombe lui aussi au juteux marché des figurines NFC, inspirées de Skylanders et Disney Infinity. Elles s’appellent les Amiibos, des jouets vidéo à l’effigie de Mario, la princesse Peach, ou encore Toshi, bref toute la bande des personnages Nintendo qui fonctionneront avec plusieurs jeux (Super Smash Bros mais aussi Mario Kart ou Mario Party ).

Les Amiibos, figurines NFC version Nintendo
Les Amiibos, figurines NFC version Nintendo © Radio France / Hélène Chevallier

Côte logiciel, le jeu de combat Super Smash Bros débarquera sur Wii U et 3DS en octobre prochain. Petite surprise, on a aussi vu quelques images d’un très prometteur et attendu Zelda Wii U. Des images qui ont impressionné les fans, qui auront du mal à attendre une sortie en 2015.

Nintendo semble finalement un peu plus confiant, certainement boosté par le million d’unités de Mario Kart 8 vendus en un seul week-end.

Stéphane Bole, le directeur général de Nintendo France, compare d’ailleurs les balbutiements de la Wii U à ceux de sa petite soeur portable la 3DS

Le problème principal de Nintendo, c’est que la Wii U ne fait pas partie des priorités des éditeurs tiers, qui développent en revanche des jeux pour la PS4 et la XBox One. Yves Guillemot, le patron d’Ubisoft, a même déclaré qu’il avait un jeu prêt pour la Wii U, mais qu’il ne le sortirait que lorsque les ventes de la console auront décollées.

Et comme elles ne peuvent décoller que s’il y a des jeux, c’est un peu le centipède qui se mord la queue.

Suivez le salon E3 en direct avec notre reporter Hélène Chevallier

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.