Parmi les lieux de culture qui ont pu rouvrir depuis le début du déconfinement, il y a l'Institut Giacometti dans le quartier Montparnasse à Paris, considéré comme un "petit musée". Attention pas plus de 10 visiteurs à la fois !

Réouverture de la Fondation Giacometti à Paris
Réouverture de la Fondation Giacometti à Paris © Radio France / Stéphane Capron

Première visite déconfinée dans un musée, l'Institut Giacometti, pour finalement retrouver un lieu de confinement, l'atelier de l'artiste suisse. L'Institut Giacometti présente de manière permanente dès l'entrée, une reconstitution de l'atelier de l'artiste. L’ensemble des éléments avait été soigneusement conservés par sa veuve, Annette Giacometti. Vingt-quatre mètres carrés, dans lesquels il a passé toute sa vie à créer ses sculptures filiformes, au 46 de la rue Hippolyte-Maindron dans le 14e arrondissement. C'était sa "caverne-atelier". Les peintures murales ont été reconstituées et le mobilier est celui de Giacometti.

La reconstitution de l'atelier Giacometti
La reconstitution de l'atelier Giacometti © Radio France / Stéphane Capron

Prendre le temps de regarder les œuvres

Un masque, du gel, des gants, l'Institut met tout à disposition. De quoi rassurer Laurence, qui s'est ruée dès les premiers jours pour réserver son billet. "C'est agréable de revenir. On a les yeux pour voir. C'est l'essentiel. On oublie le masque." Patricia habite le quartier, elle vient pour la première fois. "C'est un moyen de renouer avec la culture, sur internet c'est bien mais c'est plus joli de voir les œuvres en vraie." Des œuvres que les visiteurs peuvent admirer en tout intimité, car ils ne sont pas plus de 10 à la fois dans l'Institut. Miguel-Angel est venu avec son carnet de croquis. Il pense que les petits musées ont de l'avenir dans le monde déconfiné. 

Giacometti est un artiste très connu, et combien d'entre-nous prennent de le temps de regarder ses œuvres. Cela tranche les grandes expositions qui nous contraignent à la rapidité, parce que l'on est poussé par le nombre de visiteurs.

La pièce centrale de la Fondation Giacometti
La pièce centrale de la Fondation Giacometti © Radio France / Stéphane Capron

Catherine Grenier, la directrice de l'Institut Giacometti a tout fait pour rouvrir le plus vite possible ce lieu, qui n'a pas été pensé comme un musée, mais comme un lieu pour entrer en intimité avec l'artiste. 

3 min

Catherine Grenier, la directrice de la Fondation Giacometti

Par Stéphane Capron

L'exposition présentée en ce moment s'intitule "A la recherche des œuvres disparues".  C'est une enquête sur les traces d’œuvres inédites d’Alberto Giacometti. Avec l’aide de croquis, de carnets de notes et de photographies d’archives, Michèle Kieffer, la commissaire de l'exposition a pu reconstituer des œuvres déterminantes de l'artiste dont on a perdu la trace. L'exposition est visible jusqu'au 21 juin à l'Institut Giacometti dans le quartier Montparnasse à Paris.

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.