Un danseur nu, perruque blonde sur la tête, se jette sur moi. Il se tourne, désigne ses fesses et demande : "Tu le trouves poilu, mon anus ?" D'autres spectateurs ont droit à pareil assaut.

Festival d'Avignon
Festival d'Avignon © © Christophe Raynaud de Lage / Christophe Raynaud de Lage

Festival d'Avignon
Festival d'Avignon © © Christophe Raynaud de Lage / Christophe Raynaud de Lage
Nous sommes en juillet 2009, au Cloître des Célestins, à Avignon, dans un spectacle du québécois Dave Saint-Pierre, jeune chorégraphe apparemment brut de décoffrage. Et ce spectacle débarque à Paris, au théâtre de la ville, du 25 au 29 mai.

Tout au long des deux heures de "Un peu de tendresse, bordel de merde !", on entend des spectateurs outrés mais les rires et l'étonnement l'emportent. D'entrée, Sabrina, une animatrice en robe noire, une coupe à la Chantal Thomas (Enrica Boucher, exceptionnelle danseuse et actrice), annonce dans un micro ce qui va se passer. Elle s'adresse au public en anglais puis traduit ses propos en français mais par un mot à mot hilarant.

Souvent, des danseurs nus portant pour seul costume cette fameuse perruque blonde, façon Belle des champs, jouent les idiots, façon Lars Von Trier. Faussement naïfs, ils émettent des petits cris, sautent dans le public ou jouent avec leur sexe. Parfois, ils se rhabillent et dansent alors avec des femmes, se refusent à elles avec une froideur redoutable où tombent par terre avec violence. Mais de quoi s'agit-il ? Le titre annonce de la tendresse, bordel. On devine que Dave Saint-Pierre a choisi de développer l'idée qu'aimer est souvent une guerre, un dialogue de sourds, un corps à corps, un état pas toujours partagé et quand il se réalise, enfin, c'est une victoire, mais éphémère . Happening joyeux et potache, sans la moindre vulgarité curieusement, le spectacle étonne par sa fraîcheur, son culot. Il fatigue un peu par ses longueurs. Mais la dernière image des corps nus des danseurs qui glissent sur le plateau couvert d'eau est une image sublime (nagent-ils enfin dans le bonheur ?). La scène se produit après le délire et s'il est difficile de comprendre son sens, on sait qu'elle restera inoubliable. "Un peu de tendresse, bordel de merde", Dave Saint-Pierre, Théâtre de la Ville, à Paris.

plus d'infos

http://www.theatredelaville-paris.com/spectacle-davesaintpierre-264

Derniers articles

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.