Où il est question d'Alain Jouffroy, Arman, des Objecteurs et des Nouveaux Réalistes.

Alain Jouffroy, sera ce soir au Centre Pompidou, pour une rencontre. Moment exceptionnel, le poéte est rare et discret. Troisième volet de notre échange.

Alain Jouffroy a dirigé la revue XXième siècle et fondé la revue internationale d'art Opus. Outre ses poèmes , il est entre autres l'auteur d' Une révolution du regard, publié en 1964, rassemblant ses textes sur Hans Bellmer, Victor Brauner, Roberto Matta, Max Ernst ou Enrico Baj.

Alain Jouffroy a connu Arman à ses débuts, au moment où l’artiste fait ses premières tentatives d'introduction d'un objet dans l’œuvre. A l’époque, il trempe des objets dans l’encre avant de les faire courir sur le papier pour qu’ils dessinent leurs traces.

Arman, Sombre Dimanche, 1958
Arman, Sombre Dimanche, 1958 © François Fernandez / Christine Siméone

Alain Jouffroy

3 min

alain jouffroy et arman

Alain Jouffroy a montré des oeuvres d'Arman dans une exposition appelée Collages et Objets en 1962, où Matisse côtoie Raymond Hains, et Jim Dine, Arman et Rotella, puis une seconde fois dans une exposition qu’il a appelée « Les Objecteurs » en 1965.

( voir Jouffroy, A., Les Objecteurs: Jean Pierre Raynaud, Daniel Pommereulle, Arman, Spoerri, Kudo, Paris 6e décembre 1965-janvier 1966, Paris : Quadrum, 1965)

Arman contre la réalité immédiate : ce que Restany n'a pas vu , Jouffroy l'a vu

Arman y figurait aux côtés de Tetsumi Kudo ou Daniel Pommereulle qui ne sont pas classés comme Nouveaux Réalistes. Quelle est la différence entre un objecteur et un nouveau réaliste ?

Peut-être faut-il faire la différence par ce que j'appellerais le nom du père . Nouveau Réaliste est une expression choisie par le critique d'art Pierre Restany, pour rassembler quelques uns des artistes qu’il suivait,et qui donnaient selon lui de nouvelles perspectives sur le réel. Objecteur est le nom choisi par Alain Jouffroy, venu du surréalisme, influencé par la poétique de l'objet .

Les deux concepts et les deux appelations relèvent de deux visions différentes. Là où Restany voyait chez des artistes comme Arman une appropriation du réel, Alain Jouffroy écrit en novembre 1963:

"Je suis certain qu'Arman n'a jamais cessé d'être ce que se veut tout artiste révolutionnaire: un ennemi de la réalité immédiate, un briseur de carcans, un pertubateur. Mais sa manière de pertuber la réalité a quelque chose de sage, de serein dans la maniaquerie même, qui rassure parfois le spectateur, en flattant son goût de la possession"

Contre le Style
Contre le Style © Radio France

Je ne sais pas si Arman préférait être Objecteur ou Nouveau Réaliste. Peut-être cela n’avait-il pas vraiment d’importance pour lui ou n'a-t-il pas perçu que la vision de Jouffroy voyait plus de puissance dans son oeuvre que Restany. Il n'en fait pas état dans ses courriers de l'époque.

C 'est une époque où les artistes secouent les valeurs esthétiques, dénoncent la peinture,qu'elle soit figurative ou abstraite.Ainsi Restany et Jouffroy, comme Arman ou Jean-Jacques Lebel, Enrico Baj (le plus grand assemblagiste selon Jouffroy) et Piero Manzoni sont signataire d'un manifeste "Contre Le Style, dès 1957, manifeste émanant du mouvement artistique italien Arte Nucleare.

blogcs vu lu pris
blogcs vu lu pris © Christine Siméone / Christine Siméone

J'ai déjà cité sur ce blog Alain Jouffroy concernant Arman

mais je rajoute ici ce qu'il dit dans L'Abolition de l'art, en 1967,deux ans seulement après Objecteurs (réédité en 2012 aux Editions Impeccables). Pour lui les Nouveaux Réalistes travaillaient déjà à la hiérarchisation de leurs œuvres, en produisant pour le marché de l'art. Or à l'époque, Arman n'est pas encore le producteur prolixe fournissant des bronzes en série, mais il fournit déjà "à la demande", des oeuvres de son choix, comme ce fût le cas pour Daniel Cordier, afin de présenter suffisamment de pièces chez les galeristes.

C 'est toujours une question essentielle pour les artistes que de savoir s'ils doivent continuer à produire ce qu'ils sont sûrs de vendre.

Alain Jouffroy poursuit page 28 de l’Abolition de l’art:

"la question n’est pas de savoir si les objecteurs sont des continuateurs de Duchamp mais de gagner la partie et abattre l’impérialisme américain".

Ce qui est sûr c'est que les artistes américains ont gagné la bataille du marché de l'art et de la notoriété par rapport aux Objecteurs d'Alain Jouffroy ou aux Nouveaux Réalistes de Restany. Arman reste un de ceux dont l'oeuvre circule le plus en France.

Programme du 6 juin au Centre Pompidou• CINÉMA 2 -19h Projections : L'Abolition de l'art ,1968, d’Alain JouffroyRéalisé en 1968, cet unique film d'Alain Jouffroy préfigure la radicalité de mai. L'abolition de l'art constitue une attaque en règle contre le culte de l'art et sa spécialisation, les figures du pouvoir et de la patrie.Vite , 1969 , de Daniel Pommereulle• PETITE SALLE - 20h30 Lectures et dialogues Lecture improvisée par Alain Jouffroy et dialogue avec Michel Bulteau et Sanda Voïca.Modération de Malek Abbou.

blogcs signature C Simeone
blogcs signature C Simeone © Radio France / C Siméone
_Pour ce blog, Textes © Christine Siméone_ _Photos © Christine Siméone sauf indication_ **Ce blog se nourrit sur la toile** Pour les [collections d’art présentes en France ](http://www.photo.rmn.fr/) Pour les [collections](http://www.moma.org/explore/) aux Etats-Unis Au sujet d’Arman, le [site historique](http://www.arman-studio.com/)
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.