Alain Mabanckou, Lumières de Pointe-Noire, Editions du Seuil.

L’auteur de Verre Cassé et de Mémoires de Porc-Epic, (Prix Renaudot 2006) revient à Pointe-Noire, après 23 ans d’absence. Il n'avait jusqu'à présent plus osé aller au-delà de Brazzaville lors de ses voyages au Congo.

Il n'avait pas non plus assisté aux obsèques de ses parents.

Il nous emmène avec nous sur cette terre qui a nourri son imagination, au milieu des personnages qui l’habitent encore, même s’ils sont morts. Père, mère, oncle ou tante, enseignant, il fait un galerie de portraits et rend hommage en creux au cinéma. Il se dévoile mieux que jamais.

Tous les lecteurs de Mabanckou aimeront partagé ces moments d’intimité avec lui. Il le fait en restituant la part magique de son enfance, en toute simplicité. Bref, Mabanckou se dévoile.

Alain Mabanckou

Le chapitre consacré à sa maman : La femme de nulle part

Voici la première phrase du livre :

« J’ai longtemps laissé croire que ma mère était encore en vie. Je m’évertue désormais à rétablir la vérité dans l’espoir de me départir de ce mensonge qui ne m’aura permis jusqu’alors que t’atermoyer le deuil. »

Alain Mabanckou

Mabanckou image 1
Mabanckou image 1 © Caroline Blache (Archives Alain Mabanckou)

Alain Mabanckou se souvient de sa mère, femme absolue

Dans Lumières de Pointe-Noire, Mabanckou égrène toutes les choses qu'il n'a pas faite, les rencontres et les rendez-vous évités. C'est le livre des esquives.

Alain Mabanckou

Mabanckou, image 2
Mabanckou, image 2 © Radio France

Alain Mabanckou rend hommage à son oncle, et livre une clé sur Mémoires de Porc-Epic

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.