Dans "Cent Quarante signes " (Grasset), l'écrivain et homme de radio Alain Veinstein utilise la contrainte de Twitter pour raconter son quotidien au fil de l'eau. A plus de 70 ans, il anime chaque jour l'émission Du jour au Lendemain sur France Culture. Sa fille l'a, un jour incité à tweeter, et il s'est pris au jeu. Comme un gamin facétieux, avec tout le back-ground qui le caractérise.

Alain Veinstein
Alain Veinstein ©

Alain Veinstein est une voix emblématique de France Culture, (il faut lire L'intervieweur ) et l'un de nos plus prestigieux poète. Le jour où il a commencé à tweeter , il a donc su tout de suite que c'était bien pour une aventure littéraire, malgré la contrainte des 140 signes. Le défi lancé à petit oiseau bleu n'était pas mince. Le résultat est brillant. Twitter peut se rhabiller .

Dans "Cent quarante signes ", pas question de faire la compilation des pensées du jour, à la queue-leu-leu et à la vas-y que je te pousse. Veinstein a tweeté en poète, et écrit son livre comme un romancier. Avec les tweets envoyés et d'autres tweets encore, composés pour le livre. Twitter n'est que son outil, pas plus qu'un stylo, une feuille blanche ou un dictionnaire.

Alain Veinstein

Ce que le monde de Twitter ne sait pas c'est que quand on sait travailler un texte comme on pétrit une pâte, modeler les mots, le langage et la ponctuation comme un joailler, on ne risque pas de sombrer. Pas besoin d'hyperliens ou de Twittpic, les mots suffisent. Là où Twitter est rapide et addictif, Veinstein répond par des pensées fulgurantes et poétiques.

Le tout, en 400 pages, fait bien un roman... oui un roman, un vrai, avec personnages principaux et secondaires, réels ou imaginaires. Une musique et un ryhtme, un ton et une voix. Des histoires, des rêves, un sens du comique de situation, une interrogation récurrente sur la mort.

Le plus France Inter : Solange te parle, avec les tweet de Veinstein

Cent quarante signes, Alain Veinstein, Grasset

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.