"Soyons taquins avec les Gafa", c'est le vœu d'Albertine Meunier, artiste des données et de l'internet. Actuellement, elle joue avec sa Google Home, pour savoir où l'assistant personnel place ses limites.

Extrait d'un clip d' Albertine Meunier, artiste
Extrait d'un clip d' Albertine Meunier, artiste © Albertine Meunier

Artiste touche à tout et surtout au numérique, son prénom a un goût de madeleine de Proust et son passe temps est de s'amuser avec ses historiques Google (la mémoire ça la travaille). Si vous êtes seul pour le réveillon, passez la soirée sur le site d'Albertine, ça ne peut que faire du bien. 

"DataTouch DataTouch 

Data J’ai pris ma Douche 

BabaDouche BabaDouche 

Pleins de Grosse Data Louche 

Gafa Touch Gafa Touch ... 

Gafa J’ai pris la Mouche    

Tu stockes vraiment sur  moi 

Tu penses pas kt’exagères 

Tu réchauffes tout sur moi 

Tu te fais vraiment mégère"

C'est avec ces jeux de mots qu'Albertine Meunier chante le net. L'artiste Albertine Meunier, qui garde toujours le sens de l'humour et du kitsch, espère bien sortir un album de cinq chansons en 2018. Histoire de mettre un peu de légèreté dans sa réflexion sur les Gafa (Google, Apple, Facebook, Amazon), l'internet et l'intelligence artificielle. L'IA (intelligence artificielle) qu'elle fait rimer avec le "Hi han" et des ânes dans l'un de ces clips. 

Faire rimer ses datas

Albertine Meunier incite les gens à faire des poèmes avec leurs historiques Google, et des collages avec les  photos postées dans Facebook, histoire de se confronter à la masse d'objets que nous laissons à la disposition de tout le monde.

Le titre de ses œuvres  :  Pépites à Data, Livre infini, Casino Las Datas, Data.Bingo, #myMachineSearchHistory

Dans le Livre Infini, qu'elle a montré récemment à Paris dans une exposition au Collège des Bernardins, elle essaie d'établir une mythologie du net, avec tous ses mots devenus courants, comme buzz, bug, historique, etc... 

Le Livre Infini fait apparaître son contenu uniquement lorsque l'on tourne ses pages. On y lit des contenus audiovisuels mélangeant textes et images ainsi que des fils Twitter ou Instagram en tant réel.  

Avec Casino las datas, Albertine Meunier, avec Filipe Vilas-Boas et Sylvia Fredriksson, a imaginé un casino 2.0 où les machines portent les icônes du Web, comme la pomme d’Apple ou le like de Facebook. Il faut indiquer aux machines nos données personnelles pour récupérer des jetons. Meilleures sont les données, plus on a de jetons. On en récupère 10 pour sa carte bancaire. Bref, jouer avec ses données, c'est un peu se vendre au diable, semble nous dire ces bandits manchots. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.