Ce mercredi soir, le créateur du cirque tzigane qui porte son nom a reçu la distinction des mains de la ministre de la Culture Audrey Azoulay.

Alexandre Romanès, en 2010
Alexandre Romanès, en 2010 © Maxppp / Frédéric Duguit

Il est l’une des grandes figures de la culture tzigane en France : Alexandre Romanès a reçu ce mercredi soir la Légion d’honneur à l’occasion d’une soirée organisée dans son cirque, implanté dans le XVIe arrondissement de Paris.

Le Tzigane a reçu la Légion d'honneur en présence de la ministre Audrey Azouley
Le Tzigane a reçu la Légion d'honneur en présence de la ministre Audrey Azouley © Radio France / Clara Lecocq-Réale

Alexandre Romanès a été fait chevalier de la Légion d’Honneur lors de la dernière promotion civile, le 14 juillet dernier. Mais ce n’est que mercredi qu’il a reçu officiellement la décoration, des mains de la ministre de la culture Audrey Azoulay, qui a assisté au spectacle.

Un fait rare

“C’est unique dans l’histoire car ça arrive pour la première fois, en France, qu’un Gitan est ainsi reconnu par un gouvernement (de gauche)”, annonce son épouse Delia Romanès. Plus exactement, c’est l’un des premiers gitans à recevoir cette distinction : en janvier 2015 le pasteur tzigane Georges Meyer a reçu la légion d’honneur des mains de Bernard Cazeneuve.

Cette distinction est un symbole important pour Alexandre Romanès, qui milite pour la reconnaissance d’une culture tzigane, et rêve d’un centre dédié à cette culture à Paris. Né dans la famille de Firmin Bouglione (le propriétaire du Cirque d’Hiver à Paris), c’est à sa rencontre avec Delia, une gitane de la communauté roumaine, qu’il décide de créer un cirque accompagné par un orchestre venu des Balkans. Créé en 1994, le cirque Romanès est le “premier cirque tzigane d’Europe”.

Marque de soutien pour le cirque

D’abord installé près de la place Clichy, il a ensuite migré vers le XVIe arrondissement, près de la Porte Maillot, où il doit faire face à l’opposition des riverains.

En 2015, le cirque a fait l’objet de plusieurs saccages non identifiés. Et sa fréquentation a baissé après les attentats de novembre 2015, au point que le cirque a lancé un appel aux dons en mars dernier pour “survivre et continuer de travailler dans de bonnes conditions”. Et à ce titre, la remise de la Légion d’honneur fait figure de marque de soutien du gouvernement.

Victime d'une baisse de fréquentation après les attentats et de plusieurs dégradations, le cirque a fait un appel aux dons pour survivre.
Victime d'une baisse de fréquentation après les attentats et de plusieurs dégradations, le cirque a fait un appel aux dons pour survivre. © Radio France / Clara Lecocq-Réale
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.