Avec Simone Signoret la nostalgie n’était plus ce qu’elle était (avant), avec Amélie Nothomb elle est heureuse.

Pour une fois pas de nom à coucher dehors dans son histoire, car c’est son histoire à elle qu’elle raconte. Donc Amélie est Amélie , et peu importe qu’elle ait ou nom conservé les prénoms réels des autres personnes décrites dans son retour au Japon, pays de son enfance bercée par l’affection d’une nounou si vieillle aujourd’hui que la catastrophe de Fukushima lui a échappé (Amélie est née en 1967 à Kobé). Ce Japon, elle l’a retrouvé à l’occasion d’un voyage, accompagnée par une équipe télévision. Chère Amélie, était-il bien raisonnable de se promener comme ça dans votre intimité sous l’œil d’une caméra ?

Amélie Nothomb
Amélie Nothomb © Seuil

Dans ce voyage au Japon, Amélie a eu moins de répartie qu’elle en montre à l’ordinaire en public , si douée dans les médias pour donner le change, assurer ce qu’on attend d’elle. Celle qui nous donne un rendez-vous annuel avec des histoires comiques et sanglantes, se dévoile un peu, enlève son chapeau, raconte en quelques lignes son interview avec Pascale Clark, par téléphone , depuis un quartier bruyant de Tokyo et dans un contexte tout à fait inapproprié… Quand rentrez vous en France ? lui demande Pascale Clark. "Jamais" a répondu l'écrivaine en direct sur France Inte r.

La voilà partie à la recherche de Rinri son ancien petit ami, rencontre décevante, mais que fallait il attendre ? Quand elle demande à Rinri ce qu’il a pensé de Ni d’Éve ni D’Adam , qui raconte son histoire avec elle, il répond: « une charmante fiction ». La fiction commence lorsqu’un deuxième regard se pose sur une réalité. Pour Rinri le nippon, le roman de Nothomb a opéré comme un charme. C’est lui en tout cas qui délivre les mots les plus forts en décrivant un Japon au souffle coupé, au silence lourd depuis mars 2011 et la catastrophe de Fukushima.

Ce livre, La nostalgie heureuse, qui n'est donc pas un roman, mais un récit, est le livre d’une impasse émotionnelle : Amélie face à elle-même.

Mots-clés :
Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.