Ils sont bigoudens de naissance ou d’adoption et tous confessent un amour fou pour leur région. Stéphane Lavoué et Catherine Le Gall ont eu un coup de foudre pour les habitants de Kérity, un port de pêche de la commune de Penmarc'h, au Sud-Ouest de Quimper. Le photographe et la journaliste ont éprouvé l’envie de les faire connaître par l’image et le son, dans une exposition joliment intitulée "L'Equipage, portraits sonores", exposée au bar «Nautilus», à Kérity, jusqu’à fin août.

Stephane Lavoué
Stephane Lavoué © Stéphane Lavoué

A force de fréquenter l'un des rares lieux de convivialité du hameau (la grand-mère de Catherine Le Gall a vécu ici, à Kérity), le couple s’est lié avec le patron, Jean-Yves Le Marc, sa femme et leurs clients. L’envie de les faire connaître est née là, en leur demandant de poser, là. Une quarantaine de portraits sont exposés. Beaucoup de marins-pêcheurs, jeunes ou âgés, souvent marqués par la mer et la vie rude qu’elle impose, mais aussi une documentariste, une retraitée… L’un porte son chien dans les bras, l’autre dévoile un tatouage sur l'épaule. L’image en soi raconte des vies souvent difficiles. Le long hiver, la mer et ses dangers et l’alcool qui se devine sur certains visages.

Cet ancien membre de l’agence Myop de 34 ans a utilisé un fond noir et un flash pour capter ces «gueules». Sa compagne, la journaliste Catherine Le Gall, a posé des questions, mais elle n’a pas gardé sa voix. Juste celles de ces clients qui, en deux minutes trente environ, hésitent et se confient avec pudeur. Au bar, un iPod est remis aux visiteurs. Devant certains portraits, les visages ainsi peuvent s’animer, même si les mots ont parfois du mal à sortir. Il n’est question que d’amour fou. L’amour de ce petit coin de Bretagne malgré la rudesse, surtout l’hiver si long de fin octobre à février, malgré les accidents et les deuils qui frappent de nombreuses familles (les pêcheurs sont majoritaires), malgré la nuit qui commence tôt: à 19 heures, tout est fermé. Ici, domine ce profond et indéfinissable attachement à une région liée à la mer, face à un paysage de toute beauté que les saisons, la lumière, la brume ou le soleil sculptent chaque jour. La patronne du bar s’enthousiasme pour «ce décor toujours changeant en fonction de la marée, glauque ou féérique». Jean-Jacques avoue ne jamais oublier son port, même lorsqu’il voyage en Guadeloupe. François s’apprête à devenir marin après dix ans dans le bâtiment. Il sait à quelle vie il s’expose: partir de chez soi à 20 heures, rentrer à 5 heures du matin, «un métier de fou», reconnaît-il, sans douter de sa vocation tardive. Jean-Paul est natif d’Orléans. Il est venu ici pour travailler. Un étranger qui a réussi à s’intégrer en devenant plus bigouden que les bigoudens. Sans expliquer pourquoi, il confie: «Ici, c’est le top du top».Emouvante, cette exposition en images et par le son révèle, au-delà des personnages et en plus de la belle et respectueuse écoute de Catherine Le Gall, le talent du photographe Stéphane Lavoué qui signe ici sa première série (il travaille beaucoup pour la presse comme portraitiste et a souvent présenté ses photos sur ce blog). Des visages sortent de l’ombre, des vies surgissent avec leurs traces sur les visages, certaines images se rapprochent de la peinture classique.On souhaite à ce travail plein d’amour et d’empathie de se nourrir encore d’autres rencontres, peut-être même in situ, chez les bigoudens ou dans leur activité de marins, par exemple, et surtout de quitter à l’automne le petit port de Kérity pour traverser la France. «L'Equipage, portraits sonores », Stéphane Lavoué et Catherine Le Gall, du 29 juin à fin août au bar « le Nautilus, café, concerts, expos», 29, Quai Charles de Gaulle, 29760, Kérity-Penmarc'h.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.