__ La Villa Arson à Nice fête le 50ème anniversaire du mouvement artistique Fluxus et invite Ben à se manifester: il est l'artiste majeur de Fluxus en France, ayant introduit l'art de la performance sur la Côte d'Azur dans les années 60.

Blogcsremanence
Blogcsremanence © Christine siméone

A la Villa Arson c'est sur un ring de boxe que tous les mercredis soir Ben fait oeuvre, lors de rounds de 3 minutes 33 secondes qu'il orchestre avec divers artistes.

Ce ring est cerné de documents et photos des performances de Ben ou de ses collègues niçois.

Ben
Ben © Radio France

Ce blog ne pouvait pas ne pas saisir cette occasion de rappeler l'amitié et le compagnonage de Ben et d'Arman. Une vieille et longue histoire d'artistes qui se sont faits ensemble, en concomittance, en dialoguant et en s'opposant, comme avec César, Yves Klein, Martial Raysse et Bernar Venet par exemple.

C 'est le magasin de disques d'occasion de Ben qui a d'abord était un lieu de rencontres pour ces jeunes loups de la scène artistique.__ Ensuite, chacun a écrit son histoire, mais l'amitié est restée.

C 'est à Ben qu'Arman envoie une vue aérienne de New York signée "Arman" comme s'il était l'auteur de cette accumulation de gratte-ciels. Arman a "signé" New York et dans cet esprit il fut dit que Ben "signe" Nice (titre que la Villa Arson reprend pour l'exposition qui est en cours).

C'est Arman qui au tout début des années 60 prend la photo de Ben au milieu de Canal Street, assis sur une chaise, en guise de première performance américaine.

Ils furent témoins l'un de l'autre.

Ben, 1966, et à la table derrière lui,  Arman et Marcel Alocco)
Ben, 1966, et à la table derrière lui, Arman et Marcel Alocco) © Marcel Alocco

Ben et Arman appartiennent à l'Ecole de Nice ?

"École de Nice ? École de Nice ! École de Nice … " pour reprendre l'expression de Pierre Restany en mai 97. Il est l'inventeur de cette dénomination en 1967 mais trente ans plus tard, l'école de Nice lui apparaît comme un concept irréel. C'est vrai, le travail de Ben n 'a rien à voir avec celui d'Arman, comment pourrait-on dire qu'Arman, Klein, Raysse et Ben sont de la même école?

Ben, Jeter Dieu à la mer, 1962
Ben, Jeter Dieu à la mer, 1962 © adagp

"A côté du noyau dur de la bande des quatre, et sous l'égide tutélaire d'André Verdet, l'immortel poète de la Provence noire, un certain nombre de professionnels solides et prometteurs avaient été conviés : Alocco, Chubac, Farhi, Gilli, Malaval, Venet. L'aboyeur Ben, qui fermait la marche, jouait encore à l'époque un rôle indécis, à mi-chemin entre le tambour-major et le crieur public. Et voilà ce qu'était la mythique illusion de l'École de Nice dans sa version 1967 ." (Pierre Restany 1997).

Si Yves Klein et Arman avaient l'intention de s'approprier l'un l'immatériel l'autre la matière, Ben lui a fait oeuvre en s'appropriant tout, la vie, la mort, le regard des autres, et il écrit de sa désormais célèbre calligraphie sur de petits tableaux noirs.

Ben et Arman, des artistes d'action

Certains rapprochent les gestes d'Arman à des performances et je pense que c'est un tort. Casser un meuble ou un instrument de musique, détruire un appartement comme l'a fait Arman à New York, brûler un piano, sont des gestes spectaculaires et relèvent à première vue de la performance; mais Arman n'est pas dans cet esprit, car pour lui ce qui importe c'est le résultat de ces gestes, l'oeuvre, la pièce, qui resteront ensuite en place. Le violon brûlé sera englué dans une résine polymère et enfermé dans une cage transparente. Les morceaux de meuble finiront sûr un panneau de bois. C 'est tout le contraitre de la performance dont l'essence même est de n'exister qu'ici et maintenant. Un instant, un lieu, et la présence de l'artiste et du spectateur.

En tout étant de cause, concernant le rapport entre Arman et Ben (et cela est valable aussi pour Raysse, Klein, Venet, Alocco et quelques autres), leurs oeuvres explorent des territoires différents, néammoins ils paragent une co-sanguinité liée à leur époque, à leur amitié. Ils ont en commun d'avoir bousculé les frontières de l'art et de l'esthétique.

Hommage de Ben à Arman
Hommage de Ben à Arman © Guillaume Ducongé

Le site de la Villa Arson> : Le Centre national d’art contemporain est ouvert tous les jours de 14h à 18h (de 14h à 19h an juillet et août). Ouverture prolonfée jusqu’à 21h les 27 et 28 juillet et jusqu’à 20h les 31 août et 1er septembre. Fermeture le mardi. Entrée libre.

L'article de Nice Premium> __

Ben raconte tout Fluxus ici> __

L'émission Escale Estivale a suivi Ben à la Villa Arson (photos ci-dessous)>

Je remercie particulièrement Guillaume Ducongé pour la photo de l'hommage à Arman

blogcs signature C Simeone
blogcs signature C Simeone © Radio France / C Siméone

Je rappelle que ce blog est largement consacré à Arman, au Nouveau Réalisme, et à toutes les formes d'art qui incluent l'objet comme matériau de création.

Au sujet d’Arman, le site historique

Remerciements à

Gilles Marsault, et Valeria Emanuele, au web de France Inter twitter.com/valeriae

Annelise Signoret , du service documentation de Radio France __

Sophie Raimbault, assistance du service Culture de la rédaction de France Inter

__

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.