Sur Facebook et Instagram le 15 juin à 18h00, Arte proposera un vernissage de l'exposition "James Tissot-l'ambigu moderne", en direct et accessible à tous les internautes. Une manière de fêter la réouverture du Musée d'Orsay après le confinement et d'ancrer de nouveaux usages pour les internautes.

Le Pont du H.M.S. 'Calcutta' (Portsmouth) (vers 1877), par James Tissot
Le Pont du H.M.S. 'Calcutta' (Portsmouth) (vers 1877), par James Tissot © Londres, Tate Gallery.

Cette session live ne sera pas diffusée à la télé mais uniquement sur les deux réseaux sociaux. Et elle vient compléter la diffusion, prolongée en ligne jusqu'au 15 juillet, d'un documentaire inédit sur ce peintre français, James Tissot, expert en mondanité sous l'Empire. 

Pour Emelie De Jong, directrice de l'unité arts et spectacle chez Arte France, c'est une opération un peu exceptionnelle par rapport aux expériences de live précédentes, car "il s'agit d'un vernissage, ouvert au grand public, puisqu'il n'a pas pu avoir lieu en raison du confinement. Cette exclusivité donne tout son sens à nos partenariats avec les grands musées". 

La session live permettra aux internautes de choisir sur quels tableaux ils souhaitent s'arrêter plus particulièrement. 

"On proposera par exemple de s'attarder sur un tableau comme Le cercle de la rue Royale, qui est l'un des plus célèbres, ou bien La galerie du HMS Calcutta, un gradé de la Royal Navy observe les popotins de deux femmes à bord d'un bateau-école de la Royal Navy. Les internautes feront des choix pendant le live, et les trois commissaires ainsi que la présentatrice de l'émission s'adapteront".

C'est ce qui nous intéresse, c'est créer une conversation avec les internautes

Le cercle de la rue Royale, par James Tissot
Le cercle de la rue Royale, par James Tissot / Domaine public

C'est une formule qu'Arte a déjà l'habitude de tester depuis quelques temps, mais qui va très clairement s'intensifier. 

Ces sessions live interactives permettent aux internautes de vivre de nouvelles expériences.

"Plus que jamais, après le boom des streaming et des live que l'on a connu durant ces deux derniers mois, les internautes sont prêts. Ils sont prêts pour ces nouveaux usages autant qu'ils ont montré leur appétit de culture". Cette formule permet à une chaine comme Arte, dont le public, n'est pas le plus jeune de France, de rajeunir son audience et de viser les 24-35 ans. 

"Il s'agit pour nous d'adapter la forme de diffusion au public", explique Emelie De Jong. 

Lors d'un précédent live depuis la Paris Games Week, le live a fait 450 000 vues durant les 3 premiers jours de sa diffusion. La moyenne est en général de 300 000 vues, chiffre espéré pour l'opération Tissot, avec une pointe à 800 000 pour une session confinée de la chanteuse Izia Higelin. 

Pour Emelie De Jong, il s'agit désormais "de faire rayonner ces nouvelles expériences, et travailler à ces nouvelles formules en distanciel, comme on dit maintenant".

ALLER PLUS LOIN

> Avant le live, visionnez le documentaire "James Tissot, l'étoffe d'un peintre", disponible jusqu'au 15 juillet sur arte.tv (coproduction ARTE France, Cinétévé, Musées d’Orsay et de l’Orangerie (2020- 52 minutes)

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.