C’est le premier album, celui qui plante le décor. Astérix le Gaulois fête ses 60 ans cette année et, pour l’occasion, les éditions Albert-René publient mercredi une édition collector. Voici cinq infos sur la toute première aventure du petit gaulois à côté desquelles vous étiez peut-être passés.

Une planche d'Astérix dessinée par Albert Uderzo.
Une planche d'Astérix dessinée par Albert Uderzo. © Getty / Picture Alliance

Connaissez-vous vraiment bien Astérix et Obélix ? Cette année, les aventures des deux Gaulois soufflent leurs 60 bougies - les premières planches d’Astérix le Gaulois ont été publiées en 1959 dans le magazine Pilote, avant la parution de l’album en 1961 - et à cette occasion la maison d’édition Albert-René fait paraître à 5 000 exemplaires, une édition collector. Franceinter.fr a donc déniché, à propos de ce premier opus, cinq infos insolites à côté desquelles vous étiez peut-être passés

Astérix est né en un quart d’heure… et les auteurs n’étaient pas sobres

Le célèbre Gaulois et son fidèle ami Obélix ont vu le jour dans un immeuble HLM de Bobigny à l’été 1959, comme le racontait Albert Uderzo à l’occasion des 50 ans. Ils devaient, à l’époque, livrer pour l’automne des personnages pour le premier numéro du magazine Pilote. D’abord partis sur une mauvaise piste déjà exploitée par un autre auteur (une adaptation des récits médiévaux du Roman de Renart), ils se remettent à chercher un sujet : “Il faisait très chaud, nous n’avons pas retenu la date exacte… nous avons bu beaucoup de pastis, nous fumions beaucoup de cigarettes. René m’a demandé de lui citer les époques de notre histoire les plus intéressantes. Je lui ai dit les Gaulois. En un quart d’heure tout était prêt” explique Uderzo. 

Dans ce premier album, la hutte de Panoramix n’est pas dans le village

Si vous observez bien les planches du premier album, vous verrez que Panoramix n’a pas de hutte dans le village gaulois, mais qu’il habite dans une grotte de la forêt voisine, cette même forêt où il récolte les ingrédients de la potion. Si, si, allez vérifier ! Il entre dans cette grotte par un endroit où la roche est percée, il y a un petit portillon bleu à l’entrée. Mais dès les albums suivants, les auteurs le font vivre dans une hutte avec le reste des habitants du village. C’est là qu’il prépare sa potion magique. 

Il y a du gui et du homard dans la potion magique

Le premier album d’Astérix nous livre un secret : il y a du gui et du homard dans la potion de Panoramix, celle qui donne une force surhumaine aux habitants du village gaulois. C’est le druide qui fait cette révélation au héros à moustache : “L’origine de cette recette se perd dans la nuit de temps et elle ne se transmet que de bouche de druide à bouche de druide. Tout ce que je peux te dire c’est qu’il y a du gui et du homard. Le homard n’est pas nécessaire, mais ça donne du goût à la mixture !”. Dans le dernier film réalisé par Louis Clichy et Alexandre Astier, on apprend aussi que Panoramix cache un ingrédient secret dans le manche de sa serpe.

Comme Astérix, le nom d’Obélix est inspiré d’un signe typographique

C’est dans un atelier de typographie que le grand-père de René Goscinny travaillait. Et c’est là que le scénariste d’Astérix va trouver l’origine des noms des deux personnes. Pour Astérix, facile, le nom est inspiré de l’astérisque, cette petite étoile qui sert, par exemple, à renvoyer à des notes de bas de page. Mais pour Obélix, c’est plus compliqué : il devrait son nom à l'obèle, un symbole qui représente une sorte de dague. Ce signe sert le plus souvent aujourd’hui pour signaler la mort d’une personne évoquée dans un texte. Au total, Uderzo et Goscinny ont réuni dans leurs albums des centaines de jeux de mots pour les noms de leurs personnages comme Idéfix (idée fixe) ou Agecanonix, l’ancien du village (âge canonique). 

Idéfix n’apparaît qu’au cinquième album 

Cherchez bien, vous ne verrez pas Idéfix dans le premier album des aventures d'Astérix. Il ne fait sa première apparition qu’au cinquième album, le Tour de Gaule et encore : il n’a à ce moment là ni nom ni lien avec les personnages. C’est à la 13e page, devant une boutique “charcuterie-alimentation” de Lutèce que le petit chien blanc apparaît. Il va ainsi suivre les héros discrètement dans toutes les autres planches de la BD jusqu’à ce qu’il soit remarqué. Son nom a été donné par les lecteurs du magazine Pilote, à travers un concours, mais il a été validé par les auteurs (pour tout vous dire, nous avons échappé à Patracourcix ou  bien Papeurderix). On ne connaît pas sa race mais on sait en tout cas qu’il ne supporte pas qu’on s’en prenne aux arbres. Il apparaît ensuite dans la plupart des albums et tient un rôle (très) important dans Astérix et Cléopâtre puisqu’il sauve les deux héros et Panoramix d’une mort certaine dans la pyramide. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.