Avec l’aimable autorisation des Éditions Albert René. La BnF consacre une grande exposition à Astérix, la célèbre bande dessinée savourée depuis plus de 50 ans par petits et grands au fil de 34 albums, bientôt 35, traduits en 107 langues et dialectes et vendus à plus de 350 millions d’exemplaires à travers le monde. Embrassant l’oeuvre dans sa gestation, son univers, sa dimension phénoménale et son universalité, cette rétrospective, destinée à tous, propose sur le mode ludique un voyage aux sources, une immersion dans le monde de ces irréductibles Gaulois et une analyse de la potion qui fait l’incroyable succès de leurs aventures.En mars 2011, Albert Uderzo faisait don à la Bibliothèque nationale de France des planches originales de trois albums d’Astérix : Astérix le Gaulois, premier titre de la série, publié dans le journal Pilote à compter du 29 octobre 1959 ; La Serpe d’or, deuxième épisode ; enfin Astérix chez les Belges, vingt-quatrième album dont René Goscinny, décédé le 5 novembre 1977, ne vit jamais la publication.

Albert Uderzo et René Goscinny en compagnie d’Astérix et Obélix, photomontage, Dargaud, 1975 BnF, département Littérature et art
Albert Uderzo et René Goscinny en compagnie d’Astérix et Obélix, photomontage, Dargaud, 1975 BnF, département Littérature et art © Dargaud © 2013 Les Éditions Albert René/Goscinny - Uderzo

Ce don exceptionnel est au coeur de l’exposition qui met en scène une veine comique à redécouvrir sans cesse, appréhendée ici au plus près du processus créatif. Rendant hommage au dessinateur Albert Uderzo autant qu’au scénariste René Goscinny, elle restitue l’alchimie de leur profonde amitié.L’exposition s’ouvre sur la genèse d’Astérix, retraçant parallèlement l’enfance et la jeunesse des deux auteurs, leur rencontre, leurs créations communes, le lancement de Pilote pour lequel ils se mirent en quête d’un nouveau personnage et le choix de « nos ancêtres les Gaulois » qui s’impose à la fin alors comme une évidence.La naissance actée par la toute première planche originale ouvre une bulle qui immerge le visiteur dans l’univers d’Astérix dressant une véritable galerie de portraitshauts en couleurs ainsi qu’une revue des voyages à la découverte de l’autre.

Les 120 planches originales de trois albums d’Astérix -Astérix le Gaulois, La Serpe d’or, Astérix chez les Belges - données par Albert Uderzo à la BnF en 2011 sont au coeur de l’exposition, qui en présente une large sélection. État antérieur à la mise en couleurs, ces planches encrées avec lettrage, de grand format, donnent à voir le dessin à nu avec ici et là des substrats de crayonnés, la subtilité du trait, la force du mouvement, la vis comica, la verve grotesque, autant d’ingrédients qui caractérisent le dessin de l’artiste. Elles permettent également d’apprécier l’évolution du style qui s’élabore, s’expérimente dans le premier album pour parvenir à une parfaite maîtrise dont témoigne le vingt-quatrième titre de la série. La mise en valeur de ce don exceptionnel est l’occasion pour la BnF de célébrer une oeuvre phénoménale et de rendre hommage à l’immense talent du dessinateur AlbertUderzo autant qu’à celui du scénariste René Goscinny.

Quelques thèmes

Esquisses des personnages d’Astérix et Obélix par Albert Uderzo - Crayon et encre, été 1959. Collection Albert Uderzo
Esquisses des personnages d’Astérix et Obélix par Albert Uderzo - Crayon et encre, été 1959. Collection Albert Uderzo © 2013 Les Éditions Albert René/Goscinny - Uderzo

Le berceau d’Astérix L’exposition reconstitue d’abord les parcours des deux auteurs de leur naissance respective en 1926 et 1927 jusqu’à la publication de la première planche d’Astérix dans le premier numéro de Pilote le 29 octobre 1959 : leur jeunesse, leur rencontre, leurs créations communes, le lancement de Pilote pour lequel ils se mirent en quête d’un nouveau personnage et le choix final des « irréductibles Gaulois » qui s’impose comme une évidence thématique inédite au regard de la mythologie gauloise instituée au XIXe siècle.L’univers d’Astérix Ce second temps de l’exposition propose une immersion dans l’univers d’Astérix à travers ses 34 albums. Est ainsi mise en scène une véritable galerie de portraits hauts en couleurs, Gaulois, Romains, barbares et alliés, présentés à travers des planches originales et des planches en couleurs publiées dans Pilote, des notes manuscrites préparatoires aux aventures et des tapuscrits de scénarios.Les Romains Ceinturant le village comme dans la bande dessinée, l’espace consacré aux Romains aborde successivement les quatre camps que sont Aquarium, Babaorum, Laudanum et Petibonum, puis la légion avec ses formations (en tortue, en cuneus ou bien façon lièvre), ses mémorables légionnaires et centurions, ses collecteurs, gouverneurs et préfets, enfin César, le personnage historique, le coléreux, le magnanime, représenté par une monnaie portant son effigie. Un mannequin grandeur nature réalisé en 1876 pour la galerie des costumes de guerre du musée de l’Armée donne à voir un légionnaire romain portant pilum et chaussé des fameuses caligae.

Asterîks wa-Klîûbâtra - Trad. Djamal Chehaieb - Le Caire, Dar al-Maaref, 1980 Collection particulière
Asterîks wa-Klîûbâtra - Trad. Djamal Chehaieb - Le Caire, Dar al-Maaref, 1980 Collection particulière © Photo Bertrand Huet © 2013 Les Éditions Albert René/ Goscinny – Uderzo

Albums, traductions et éditions dérivées Les 35 albums parus (le 35ème paraîtra le 24 octobre 2013), sont présentés dans leurs éditions originales en regard de leurs traductions en 35 langues et dialectes, sur les 111 au total, du japonais à l’espéranto en passant par l’italien, le romanche, le polonais, le chinois, l’hébreu ou le picard, sans oublier le latin. Les problèmes de traduction sont soulevés à travers les exemples du détournement très politique du magazine allemand pour la jeunesse Lupo et de la remarquable adaptation par les traducteurs anglais.Les éditions dérivées, albums pop-up, mini-livres et autres livres d’images témoignent également du succès éditorial. Mais avant même cette diffusion sous forme d’albums dont les tirages sont allés croissant, Astérix conquiert un public élargi sur les ondes de Radio Luxembourg puis de France Inter tandis que la première aventure contée sur disque vinyle paraît en décembre 1960.La potion magique d’Astérix Cette dernière partie décortique la recette de ce succès en analysant successivement le comique scénaristique, l’humour langagier, l’art du graphisme, les valeurs fortes portées par la série pour conclure sur l’ingrédient principal de cette alchimie : l’amitié entre les deux auteurs

Astérix le Gaulois, planche 1 - Texte : René Goscinny. Dessin : Albert Uderzo. Pilote n° 1, 29 octobre 1959 - BnF, département L
Astérix le Gaulois, planche 1 - Texte : René Goscinny. Dessin : Albert Uderzo. Pilote n° 1, 29 octobre 1959 - BnF, département L © 2013 Les Éditions Albert René/ Goscinny – Uderzo

Le comique scénaristique Les ressorts humoristiques des scénarios relèvent du comique de situation et de répétition, du tragicomique, du running-gag, de l’histoire réécrite, des stéréotypes bien sûr, qu’ils soient régionaux ou nationaux, et de la parodie. Les notes manuscrites du scénariste couchant sur le papier ses premières idées montrent l’importance de ces items.Les détournements sont nombreux, qu’il s’agisse de tableaux - pastiche du Radeau de la Méduse de Géricault dans Astérix légionnaire ou du Repas de noces de Bruegel dans Astérix chez les Belges -, de films - Marius et Fanny de Pagnol dans Le Tour de Gaule d’Astérix ou le Satyricon de Fellini dans Astérix chez les Helvètes - , de chansons et d’oeuvres littéraires, comme Les Châtiments de Victor Hugo dans Astérix chez les Belges.Un art de la parodie qui se plaît à transposer les clichés des moeurs des années 1960-1970, les vacances en Espagne, les restauroutes, les yéyé ....L’art du graphisme Le graphisme d’Albert Uderzo est certes caractérisé par ses personnages à gros nez, mais tout autant par un art du mouvement qui anime la case et rythme la planche.Une vaste sélection de planches originales souligne le talent du dessinateur à la fois réaliste, animalier, caricaturiste et « bruiteur » pour reprendre l’expression de Gotlib, autrement dit un « spécialiste de la lettre ».

Autour de l'exposition

Astérix et le chaudron, planche13 - Texte : René Goscinny. Dessin : Albert Uderzo. Édition originale, Paris, Dargaud, 1969 - BnF
Astérix et le chaudron, planche13 - Texte : René Goscinny. Dessin : Albert Uderzo. Édition originale, Paris, Dargaud, 1969 - BnF © 2013 Les Éditions Albert René/ Goscinny – Uderzo

Conférences « Trois leçons sur Astérix »en partenariat avec la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image - samedi 16 novembre 2013 - Petit auditorium - entrée libreMatinée du Patrimoine Vendredi 6 décembre 2013, de 9h30 à 12h30 Salle 70 ( sur réservation au 01 53 79 49 49 )Obélix ou l’enfance de la raison : psychanalyse d’un personnage de bande-dessinée - par Nicolas Rouvière, maître de conférences à l’IUFM de Grenoble.Films Cinéma de midi le mardi 15 octobre, de 12h à 13h - Petit auditorium - entrée libre- Ô Gaule, de Pierre-Marie Goulet, 1974), 9 min.- Les Secrets d’Astérix, de Jérôme de Missolz et Eric Sandrin (2004), 25 min.- Le Gaulois, de Laurent Desprez (1970), 8 min.- La potion Astérix sur Arte en décembre 2013 - Un documentaire de Pascal ForneriVisites pour les jeunes - Livret - jeux pour les enfants (7–12 ans) gratuit, disponible à l’entrée de l’exposition et téléchargeable sur le site bnf.fr- Visite-atelier pour enfants autour de l’exposition (7–12 ans) - Durée 2 heures Tarif : 5 euros par enfant les mercredi à 14h30, samedi et dimanche à 15h et dates supplémentaires pendant les vacances scolaires.- Journée pour les enfants le 24 novembre 2013 à partir de 14h à la BnF I François - Mitterrand : ateliers autour de l’exposition

Le Tour de Gaule d’Astérix, planche 44 - Pilote, n° 213, 21 novembre 1963 BnF, Département Littérature et art, CNLJ
Le Tour de Gaule d’Astérix, planche 44 - Pilote, n° 213, 21 novembre 1963 BnF, Département Littérature et art, CNLJ © 2013, Les Éditions Albert René/Goscinny - Uderzo
Mots-clés :
Articles liés
Culture
Initiales DD
19 octobre 2017
Culture
Les flibustières
19 octobre 2017
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.