Alors que commence la plus importante restauration du tableau La Ronde de nuit de Rembrandt à Amsterdam, exceptionnellement en public et visible sur internet en permanence, voici les principales dégradations que le tableau a subies depuis sa création en 1642.

Le célèbre tableau de Rembrandt, La Ronde de nuit, est restauré pour la première fois en quarante ans
Le célèbre tableau de Rembrandt, La Ronde de nuit, est restauré pour la première fois en quarante ans © Domaine public

La Ronde de nuit représente les gardes chargés d’assurer la sécurité de la ville d'Amsterdam. Elle a été réalisée en 1642 par Rembrandt à la demande de la compagnie des Arquebusiers qui souhaitait décorer une des salles de son siège.

Ce lundi, la plus importante restauration jamais effectuée sur le tableau a débuté au Rijksmuseum à Amsterdam. Une restauration pour le moins originale puisque la Ronde de nuit sera toujours accessible aux visiteurs.

La toile a été placée au centre d'une grande paroi vitrée dans la galerie d'honneur du Rijksmuseum ce qui permet au public de suivre les avancées des experts. Le musée retransmet la restauration en direct sur internet afin que le monde entier puisse y assister. Le tableau, qui date de 1642, a subi de nombreuses épreuves au fil des années, la dernière restauration datant d'il y a quarante ans. Elle a été littéralement attaquée à plusieurs reprises. 

1715 : découpage du tableau et disparition de deux personnages

Initialement installée au siège des Arquebusiers d'Amsterdam, la toile du maître a été transférée en 1715 dans l’Hôtel de Ville. Mais là, les murs étaient trop petits pour l'accueillir, les équipes chargées du transfert n'ont pas hésité à découper les bords du tableau en quatre parties. Ainsi deux personnages ont disparu de la scène. Les morceaux n’ont jamais été retrouvés. Ses dimensions sont passées de 5 mètres sur 3,87 mètres à 4,38 mètres sur 3,59 mètres. 

1911 : le vernis endommagé par plusieurs coups de couteau

Après l’acquisition par le Rijksmuseum à Amsterdam en 1885, l’oeuvre a été attaquée au couteau une première fois le 13 janvier 1911 (la même année que le vol de la Joconde à Paris). 

Ronde de nuit a été détériorée par Sigrist, un cuisinier naval réformé de la marine, qui a donné plusieurs coups dans la toile. Son geste a eu pour conséquence d'endommager le vernis de l’oeuvre. L'homme a déclaré avoir agi par vengeance contre l'État hollandais suite à son renvoi de la marine. 

1975 : des zigzags au couteau à beurre

Une autre attaque a eu lieu le 14 septembre 1975. Cette fois-là, c'est Wilhelmus de Rijk, un professeur hollandais au chômage qui est entré dans le Rijksmuseum et s’est rendu dans la salle où est exposée Ronde de nuit. Sous les yeux d’un gardien et de deux visiteurs, l’homme a dessiné des zigzags avec un couteau à beurre en criant qu’il était “envoyé par le Seigneur" et "forcé de faire cela par des forces hors de cette terre". 

Au total, douze coups de couteau ont endommagé la partie inférieure du tableau. C'est d'ailleurs à la suite de cette attaque que Ronde de nuit a été pour la dernière fois restaurée. 

1990 : attaque à l'acide

Le 6 avril 1990, un Hollandais non identifié de 31 ans s’en est aussi pris au tableau mais cette fois avec de l’acide sulfurique concentré. Depuis l'attaque de 1975, le tableau était protégé par une barrière d'acier ce qui n'a pas empêché l'homme de sortir une bombe aérosol et d'asperger le tableau. Grâce à l’intervention rapide des gardiens et des spécialistes, les dégâts se sont limités au vernis recouvrant la peinture. 

Depuis quarante ans, le tableau n'a pas été restauré. Les experts ont constaté l'apparition d'un halo blanc sur certaines parties du tableau, en particulier autour de la zone endommagée par les coups, décolorant la représentation d'un petit chien en bas à droite de l'oeuvre. Face à toutes ces dégradations, le musée souhaite redonner à la toile tout son éclat et sa splendeur avec l'aide de 25 scientifiques, restaurateurs, conservateurs et chercheurs.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.