Pour sa troisième édition, le PULP Festival de la Ferme Du buisson à Noisiel propose une programmation toujours aussi exigeante.

Extrait de l'affiche du Pulp festival
Extrait de l'affiche du Pulp festival © Ferme du Buisson

Pour sa troisième édition, le PULP Festival de la Ferme Du buisson à Noisiel propose une programmation toujours aussi exigeante. À l'image de la petite exposition sur le dessinateur Blutch qui revisite les liens entre son œuvre et les classiques de la BD.

Après le Festival de Bastia, et d’Aix-en-Provence, c’est au tour du Pulp Festival à Noisiel (Seine-et-Marne) de proposer ce mois-ci des pistes pour mettre en valeur la BD en la confrontant à d’autres arts à travers une programmation originale.

Parmi les temps forts, la petite mais agréable exposition consacrée à Blutch, l'auteur dupetit Christian, de Blotch , de Vitesse moderne (primé à Angoulême en 2002), de Vue sur le lac... et de l'affiche de cette 3e édition du festival. Depuis toujours le dessinateur, qui a commencé à publier ses premières planches en 1987 dans Fluide Glacial, cite la BD, la recycle, ou intègre des personnages d'autres créateurs dans ses œuvres. Pour ne pas proposer une énième exposition rétrospective, Blutch décide ici de revisiter ses créations à travers leurs relations apparentes avec le 9e art. Planches, esquisses, croquis, on retrouve avec plaisir une partie de son travail poétique et rigoureux. Des très touchants recopiages de Picsou ou Asterix qu’il faisait enfant, aux variations très actuelles autour de Tintin, Gaston Lagaffe ou Michel Vaillant, on mesure mieux l’importance pour Blutch de s’ancrer dans une filiation, et dans un art.

On a décidé de remettrela BD au centre du dispositif. Je cite la BD depuis l'origine . D'ailleurs ma première BD que j'ai publiée à l'été 1987, s'appelleLes Aventures de Tintin . J'interroge l'histoire de mon art depuis toujours.

Blutch signe une histoire dans la toute nouvelle revue 100% BD Pandora de Casterman

Voir quelques images

<iframe frameborder="0" height="500" scrolling="no" src="//slides.com/franceinter/blutch-au-pulp/embed" width="640"> </iframe> Au menu aussi du festival : des spectacles, dont les très prometteurs "Moi, je n’aime pas Lucky Luke" sorte de conférences spectacles avec Blutch justement. Des fragments d’un fameux personnage : "Billy the Kid, I love you" de Loo hui Phang (qui publie avec Frederik Peeters L'Odeur des garçons affamés ) Philippe Dupuy, et Rodolphe Burger. Un ovni entre film et dessin, sur une musique de Kat Onoma pour évoquer le hors-la-loi mort très jeune :

Le grand vide dans les documents explique que Billy the Kid soit devenu un grand mythe de son vivant : on a pu projeter sur lui

Loo Hui Phang :

ET AUSSI

Winshluss au Pulp
Winshluss au Pulp © Radio France

D'autres expositions dont celles consacrées à l’univers décalé et angoissé de Winshluss, l’onirique S.E.N.S de Marc Antoine Mathieu, mais aussi des rencontres, la résurrection de la mythique émission TV de cadavre exquis BD du Tac au tac . Sans oublier : Phallaina , la BD défilée sur application.

►►► Le PULP dans le rétro :

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.