Texte Sylvain Alzial de la Documentation de Radio France

A la veille du Salon du Livre de Paris(22-25 mars), focus sur les petits éditeurs, inlassables passionnés à la recherche de textes. Ils ont très peu de moyens mais fleurissent partout en France. Il y a dans notre pays quelques 10 000 maisons d'édition, de toutes dimensions et pour tous les genres de publications. Le Salon du Livre proposera des rencontres sur le thème de la création éditoriale.

On les appelle sous différents vocables : « micro-éditeurs », « petits éditeurs », « éditeurs alternatifs ou militants » ou plus poétiquement « éditeurs du dimanche ». Ils ont pour point commun lapassion des livres et le désir de diversifier l’offre éditoriale, en œuvrant à la marge des quelques groupes industriels qui possèdent la plupart des maisons d’édition. Pour l’éditeur franco-américain André Schiffrin, ils sont au monde de l’édition ce que le cinéma d’art et d’essai est au monde du cinéma.En un mot, et plus officiellement, ils sont « éditeurs indépendants » et sont présents sur tous les secteurs éditoriaux, littérature française et étrangère, régionalisme, poésie, sciences humaines, livres jeunesse, BD, etc.### La bibliodiversité avec 30 nouveaux éditeurs de plus par an

Le Motif, observatoire du livre et de l'écrit
Le Motif, observatoire du livre et de l'écrit © Le Motif

Avec des profils économiques et des statuts juridiques variables , quelques 3000 petites maisons d’édition bourdonnent d’activité et d’inventivité dans toutes les régions françaises et leur nombre ne cesse de croître (selon le Syndicat National de l'Edition, une trentaine de maisons apparaissent chaque année ). Ces nouvelles structures, symboles de la « bibliodiversité », jouent un rôle très important dans la découverte et l‘accompagnement des auteurs, en exhumant des textes méconnus, "mais aussi dans l’accueil d’auteurs chevronnés dont les œuvres sont en adéquation avec leur projet intellectuel ". (1) Ces dernières années, plusieurs succès éditoriaux ont parfaitement illustré ces mariages réussis entre « grands » auteurs et petits éditeurs, à l’instar du philosophe André Comte-Sponville et son essai consacré à Swami Prajnanpad (De l’autre côté du désespoir, Accarias L’Originel, 1997), à l’historien américain Howard Zinn édité par Agone en 2003 (Une histoire populaire des Etats-Unis ), au philosophe Alain Badiou et son De quoi Sarkozy est-il le nom ? (Nouvelles éditions Lignes 2007), à Stéphane Hessel et son fameux Indignez-vous aux éditions Indigènes (2010), ou plus récemment encore l’Ode à la ligne 29 de l’écrivain Jacques Roubaud publié chez Attila.A défaut d’êtres visibles dans les médias ou dans les librairies (sauf chez les libraires indépendants), ces petits éditeurs sillonnent les manifestations littéraires à caractère confidentiel où ils vont à la rencontre du public. La plupart de ces petites structures éditoriales ne publient pas plus d’une dizaine de titres par an et démarrent généralement par de l’autodiffusion avant de viser des petites structures de diffusion spécialisées.A l’occasion du Salon du Livre 2013, une centaine d’indépendants franciliens seront présents sur le stand de la région Ile-de-France, une région qui représente les ¾ de l’édition française…Avec le MOTIF à ses côtés (Observatoire du livre et l'écrit de la Région Ile-de-France) et le soutien de diverses associations comme Fontaine O Livres qui fédère des éditeurs indépendants du nord-est parisien, les visiteurs du Salon pourront emprunter les nouveaux chemins de traverse de l’édition française et découvrir ici et là les enseignes de Rue des Promenades, Lignes, Bruno Doucey, Au-delà du raisonnable, l’Agrume, Serge Safran, Quidam, La Délirante, L’Apocalypse ou encore Les Rêveurs. Ils font l'originalité de la création éditoriale française.(1) (B. Legendre et C. Abensour, « Regards sur l’Edition », Documentation Française 2007) .

salon du livre
salon du livre © Salon du Livre
La création éditorialeau Salon du Livre (22 au 25 mars 2013) >

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.