Auguste réseaux sociaux
Auguste réseaux sociaux © Radio France

Le 19 mars s'ouvre au Grand Palais une exposition consacrée à Auguste, empereur de Rome. Pour sa venue dans la capitale des Gaules, Auguste a ouvert une page Facebook et un . Devenant ainsi le premier Empereur présent sur les réseaux sociaux.

Alors qu'en est-il de l'e-communication en 2014 vue par AVGVSTE ? Entretien exclusif avec Paul Webus.

Vous avez récemment ouvert un compte Twitter et une page Facebook devenant ainsi le premier empereur présent sur les réseaux sociaux. Pensez-vous que c’est indispensable aujourd’hui pour faire passer un message politique ?

Je pense simplement que j’avance avec mon temps. J’ai toujours, toujours, toujours, mais toujours été pionnier dans le domaine de la communication politique. Je me souviens encore en -27 avant JC quand je suis devenu Auguste nous riions tous beaucoup. Après que j’eusse fait cesser toutes guerres civiles, il fallait que les provinces anciennement en conflit et récemment unies se regroupent derrière un homme, un seul, Auguste (je fais ici référence à moi). Il fallait que mon image soit diffusée partout, tout le temps. Mais pas seulement la mienne, non, non, non celle de ma famille aussi, celle de mon quotidien.

« MARTELONS » ! Je disais « MARTELONS ». Je devais devenir #normcore . Nous posions des heures et des heures pour les sculptures avec ma petite Livie… On nous apposait sur la monnaie qui circulait dans tout l’empire. J’ai créé le concept du CVLTE IMPERIAL …

Alors quand les réseaux sociaux ont commencé à avoir une portée aussi significative, je me suis regardé dans une bassine de mercure et je me suis dit « Auguste, c’est pas le moment de flancher, c’est là que le peuple t’attend, c’est là que le peuple te veut ». Une pièce avec ma binette, ça prend six mois pour traverser l’Empire, un petit selfie sur Twitter #moiempereur, ça prend un quart de seconde ! Next.

Auguste portrait affiche expo
Auguste portrait affiche expo © Radio France

Vous avez le sens de la formule en 140 caractères : « j ai trouvé une Rome de briques j ai laissé une Rome de marbre »… Pensiez-vous à ce point faire école avec le développement de la phrase politique et même de la littérature en 140 signes ?

Oui. Les gens ne veulent plus de long discours. Ils veulent qu’on aille droit au but. Et puis, vous savez, j’ai fait mes preuves, j’ai fait de Rome ce qu’elle est aujourd’hui, j’ai inspiré Napoléon, je suis le plus beau des empereurs romains, j'ai vaincu Cléopâtre et j’ai conquis l’Egypte, je fus le seul maître de l'empire, de la Gaule à l'Orient... Je n’ai plus rien à prouver à qui que ce soit. Je ferai école comme je l’ai toujours fait. Je suis un « doer» comme disent les américains. Et quel meilleur endroit pour être suivi que sur les réseaux sociaux ? (sourire ) Et je peux vous dire aussi que ça m’allège. Ça me change des inscriptions lapidaires, parce qu’un tweet ça ne se burine pas . Next.

Suivez vous déjà d'autres personnalités politiques de premier plan sur les réseaux sociaux ? Si oui, lesquelles et pourquoi ?

Surtout des amis proches pour discuter et débattre (et les surveiller) : Virigile () évidemment, Tibère () la non-chair de ma chair, Ovide (‏) et y’a Marco aussi : Marc Antoine ‏ (). Mais aussi pas mal de média aussi comme Tite Live ‏ ) - n°1 des chaines romaines d’information en continu – et cette petite peste de Suétone ‏ qui me suit partout, une journaliste d’investigation. Les suivre, c’est aussi les contrôler, je peux plus rapidement répliquer et contrôler mon e-réputation.

Et bien évidemment, comme tous les grands hommes politiques, j’ai des community managers de choc : les créateurs du site « Les Boloss des Belles Lettres » et auteurs du livre du même nom : Michel Pimpant et Quentin Leclerc. Next.

Comment allez vous faire pour gérer votre e-image ? Ne pensez-vous pas perdre de votre autorité naturelle en rejoignant le "vulgum pecus" sur la toile ?

Non, comme je vous le disais, je vais là où le peuple m’attend. Je veux être proche de lui. En étant sur les réseaux sociaux, je ne laisse pas les gens parler de moi sans moi . Il faut savoir sauter dans l’arène.

Next.

Quel sera le sujet de votre prochain Vine ?

Haha, certainement la devanture du Grand Palais transformée en Palais Antique. C’est grandiose. Comme moi. Comme Auguste. Mais, la vidéo, je laisse ça à mon ami Bill (Bill Viola qui expose au Grand Palais à coté de moi ) qui gère trop bien sur Vine #motionviola

Si vous voulez me voir bouger, je fais pas mal de Vélib en ce moment :

Next.

BONUS > live-tweet de l'exposition à suivre mercredi 19 mars 2014 sur le compte Twitter et sur franceinter.fr

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.