Cinéaste de renom, membre de la Nouvelle vague, Agnès Varda est décédée vendredi à l’âge de 90 ans. Elle avait trouvé, chez le street-artiste JR, une seconde jeunesse et un véritable ami.

Agnès Varda et JR à Hollywood, en mars 2018.
Agnès Varda et JR à Hollywood, en mars 2018. © AFP / Angela Weiss

L’une avait une drôle de coiffure, les cheveux blancs et violets, l’autre se cache derrière son chapeau et des lunettes noires. Ils avaient 55 ans d’écart et avaient noué une amitié joyeuse. Une tendresse aussi, entre Agnès Varda, 90 ans, mythique réalisatrice de la Nouvelle vague décédée vendredi et l’artiste contemporain JR, roi du collage photographie. 

Ce n’était pourtant pas gagné, cette collaboration. Avec une Agnès Varda qui a toujours voulu travailler seule. C’est JR qui a su la convaincre, en 2015, de se lancer dans ce projet qui deviendra un film documentaire, Visages, villages. Un road-trip à travers la France. C’est leur amour des gens et le regard qu’ils portent sur eux qui les a réunis. 

“Visages, villages”, jusqu’aux Oscars

Avec JR, c’était un retour sur les grands écrans pour Agnès Varda. "Partir, tu es partante ?" lui lance-t-il au début du film. Pendant deux ans, ils ont parcouru la France à bord d’un camion photomaton. Dans un ancien quartier ouvrier, un chantier, une usine, à la rencontre des gens. Des visages pris en photos, imprimés grandeur nature par JR, technique pour laquelle le street-artist se passionne depuis longtemps. Le film montre leurs échanges, leurs désaccords. “On a gardé un lien tout le temps mais on ne tournait qu’une semaine par mois. On se parlait beaucoup” racontait Agnès Varda dans Boomerang, au micro de France Inter

Duo improbable. Il aimait à l’observer, à la taquiner. Sur sa petite taille, son grand âge, son impatience. 

“Je suis une impatiente, oui… quand on est vieux on se dit qu’il faut profiter”

Elle aimait lui demander de retirer ses lunettes (“Eh toi, qu’est-ce que tu vois à travers tes carreaux noirs !”), le reprendre lorsqu’il disait des bêtises, s'agripper à lui pour franchir les obstacles. Gentilles chamailleries, amusantes facéties. 

Agnès Varda avait reçu un Oscar d’honneur en 2017, pour l’ensemble de son oeuvre. Avant cela et la nomination, en 2018, de Visages, villages dans la catégorie meilleur documentaire, elle n’avait jamais été ni sélectionnée ni récompensée. Trop fatiguée pour se rendre à la cérémonie, JR s'y était rendu avec une Agnès imprimée sur un carton, une réplique grandeur nature

Grâce à JR, Agnès “branchée”

Depuis cette collaboration, Agnès et JR se croisaient régulièrement. Souvent, JR, très actif sur les réseaux sociaux, postait des portraits d’Agnès ou de leurs retrouvailles comme ici, lors du Festival du film de Marrakech 2018, où la cinéaste avait reçu un prix. 

View this post on Instagram

On the road with @agnes.varda in Marocco

A post shared by JR (@jr) on

Ces dernières années, Agnès Varda s’était même mise à la page de la vie connectée. Elle avait, depuis le mois de mai 2017 ouvert son propre compte Instagram, souvent fenêtre de sa complicité avec JR. C’est lui qui l’avait convaincu de s’y inscrire. Elle y postait régulièrement des photos, souvent très amusantes. De son quotidien mis en scène, de ses rencontres. Comme cette vidéo à Londres ou cette photo où elle s’apprête à s’endormir avant de recevoir à Hollywood son Oscar d’honneur. 

Aller plus loin 

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.