Chez Depardon, le photographe, tout est bleu. Ses yeux, incroyablement bleus, ses chemises aussi. Et quand on arrive chez lui, dans son appartement du 5è arrondissement à Paris, c'est aussi la couleur qui domine. Au-delà de cette anecdote, devant une tasse de café, Raymond Depardon est intarissable sur son confrère américain Richard Avedon (1923-2004) dont le Musée du Jeu de Paume présente enfin une rétrospective. Jamais la France n'avait accordé d'exposition de cette ampleur à son travail, alors que l'Américain est le portraitiste le plus admiré au monde. Ses photos de mode en noir et blanc ou ses portraits de stars (Deneuve, Duras, Baldwin, Truman Capote...), ses reportages sur les Américains de l'Amérique profonde ou ses plans serrés sur les visages, comme celui de son père atteint d'un cancer, sont aussi inoubliables et importants que les images de Diane Arbus. Ecoutez Depardon sur Avedon, vendredi 27 juin, dans "Esprit critique", et retrouvez le travail de l'Américain au Musée du Jeu de Paume, à Paris, à Concorde, du 1er juillet au 8 septembre. Il existe aussi un "hors série Télérama Richard Avedon" à 8 euros 90 .

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.