Disparition des lucioles
Disparition des lucioles © radio-france

Lieu historique d'Avignon, situé derrière le Palais des Papes, la prison Saint-Anne, désaffectée depuis 10 ans, fut une des rares construites à la fin du XVIIIe siècle à des fins uniquement carcérales (ce n'est pas un couvent ou une caserne réhabilité en prison). La Collection Lambert a décidé d'y installer des oeuvres dans les cellules, les couloirs et certaines cours.

Cette plongée dans l'univers carcéral est totalement saisissante . La prison Saint-Anne est un lieu chargé d'histoire. Construite sous le Second Empire en 1871, elle est restée jusqu'à sa fermerture en 2003, l'une des prisons les plus insalubres et les plus inhumaines de France. Alors cette plongée dans le monde carcéral vaut autant pour la qualité des oeuvres exposées que pour cette découverte d'un lieu austrère.Les toiles de Wahrol, de Basquiat, ou les photos de Nan Goldin se fondent dans cet univers adandonné. Les nombreux graffitis qui témoignent du mal-être des détenus deviennent eux aussi des oeuvres d'art . Et certains travaux prennent une dimension particulière, comme les photos de Mathieu Pernot prises alors que le prison était encore en activité. Cette ancienne prison d'Avignon est adossée au Palais des Papes et à son jardin supendu.Mathieu Pernot avait photographié les familles de détenus qui du haut du rocher des doms parlaient aux reclus. L'exposition présente aussi des oeuvres fortes sur l'enfermement comme le film de Jean Genet, "Un chant d'amour"Des photos de grafitis trés poétiques de Brassaï. Ou encore le manuscrit du poème "Cellulairement" de Paul Verlaine, écrit lorsqu'il a été emprisonné en 1873 après avoir fait feu sur son amant Arthur Rimbaud.

Lucioles Avignon
Lucioles Avignon © Radio France / Stéphane Capron

La disparition des Lucioles, collection Lambert à Avignon >

La Collection Lambert >

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.