Il y a quelque chose de magique dans un cyber café. Ici, une douzaine de postes occupés sans interruption. Devant l'ordinateur, l'internaute oublie qu'il est assis au milieu d'autres. Il se croit seul et dans sa bulle, s'échappe.

A l'heure où je tape ce billet, mon voisin, la quarantaine, cheveux grisonnants, dialogue sur son écran avec une jeune femme brésilienne, semble-t-il. Ils s'écrivent et réagissent à leurs échanges, puisqu'ils se voient, via une web-cam. Depuis une demie heure, il la séduit avec une rose. Tout un jeu amoureux très au point se produit à quelques centimètres de moi. Avec des gestes lents et précis, l'homme pose la rose sur son coeur avec un sourire béat ou la respire longuement . Mes yeux sont attirés par l'écran, bien sûr, et l'on devine une demoiselle émue de la délicatesse du soupirant. A l'instant, il vient d'embrasser son écran ! Dois-je partir ?Un vrai dialogue courtois, intime et impromptu au milieu d'une salle surchauffée et bondée. Une histoire qui commence, à l'évidence, à des milliers de kilomètres, au coeur de l'été, en silence, rythmée par des soupirs.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.