De l’écrivaine américaine d’origine cubaine, on connait surtout les journaux et les écrits érotiques. La dessinatrice Léonie Bischoff nous invite à découvrir à travers une partie de sa vie en France, sa volonté de reconnaissance comme artiste, et l’évolution de ses désirs vers plus de liberté.

Anaïs Nin sur la mer des mensonges de Leonie Bischoff (extrait de la couv
Anaïs Nin sur la mer des mensonges de Leonie Bischoff (extrait de la couv © Casterman

Une biographie foisonnante. Née en France au début du XXe siècle, Anaïs Nin (1903-1977) avait peu de chances de devenir une femme libre. Elle va pourtant y parvenir. Après une enfance américaine pendant laquelle son père abandonne sa famille, elle épouse le banquier Hugo Guiler ce qui va la mettre à l’abri du besoin. Au début des années 1930, le couple passe quelques années à Louveciennes, près de Paris. C’est là qu’elle va rencontrer l’écrivain Henry Miller qui va rapidement devenir son amant. Elle va aussi aimer la femme de ce dernier, séduire son meilleur ami et même son psy.

Anaïs Nin sur la mer des mensonges de Leonie Bischoff
Anaïs Nin sur la mer des mensonges de Leonie Bischoff / Casterman

Derrière cette quête érotique, Anaïs Nin expérimente et construit son émancipation

Elle ne sera pas la muse de Miller, mais une écrivaine à part entière. Tout cela on le sait car depuis toujours, elle confie sa vie à un journal qui joue un rôle majeur dans son œuvre. Dans cette biographie, on la voit à une époque où l’égalité homme femme est encore loin. Petit à petit, elle va prendre confiance en elle, et assumer ses envies, sensuelles et autres. 

Léonie Bischoff a mis quelques années pour construire ce livre tout en équilibre. Cela se voit dans la délicatesse et la sensualité de ses dessins métaphoriques des scènes d’extases, mais aussi plus dures, comme les moments d’inceste que la dessinatrice n’omet pas et que le dessin permet. 

Elle réussit à mettre à l’honneur le désir au féminin et à rendre toute l’ambiguïté d’Anaïs Nin qui romance son journal, n’est pas indépendante financièrement, et se perd parfois dans ses différents rôles. La restitution de l'époque est subtile. Les couleurs apportent une touche hypnotique. Et grâce à ce portrait impressionniste au dessin superbe, Léonie Bischoff donne envie de (re)découvrir toute l'œuvre d'Anaïs Nin. 

Léonie Bischoff : comment j’ai dessiné "Anaïs Nin sur la mer des mensonges"

Feuilleter plus de pages d'"Anaïs Nin sur la mer des mensonges"

Anaïs Nin sur la mer des mensonges de Léonie Bischoff est paru chez Casterman 

Anaïs Nin sur la mer des mensonges de Léonie Bischoff
Anaïs Nin sur la mer des mensonges de Léonie Bischoff / Casterman

Aller plus loin 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.