Juan Diaz Canales et Ruben Pellejero le duo aux manettes des aventures de Corto Maltese depuis deux albums ("Equatoria", "Sous le soleil de minuit") signe un prequel des aventures du marin d’Hugo Pratt, entre Tasmanie et Bornéo.

Détail de la couverture du "Jour de Tarowean" une aventure de Corto Maltese signée Juan Diaz Canales et Ruben Pellejero
Détail de la couverture du "Jour de Tarowean" une aventure de Corto Maltese signée Juan Diaz Canales et Ruben Pellejero © Casterman

Au départ de la mythique Ballade de la mer salée d’Hugo Pratt, l’album paru en 1975 chez Casterman, on découvrait Corto Maltese. Pieds et poings liés, attaché à un radeau de fortune, il dérivait. Recueilli le 1er novembre 1913 par le bandit Raspoutine, Corto Maltese le remerciait d’un : « Maudit bouffon, il fallait que je tombe justement sur toi ». Son aventure pouvait débuter.

L'histoire du Jour de Tarowean commence un an auparavant par une rêverie à voix haute de Corto Maltese dans un cimetière de Tasmanie. Il est bientôt rejoint par un Raspoutine moqueur. L’idée d’un prequel a été soufflée par le dessinateur Rubén Pellejero, connu pour les aventures de l'antihéros "Dieter Lumpen". Le scènariste Juan Diaz Canales, séduit, s’en est emparé pour tisser une histoire habile et plaisante.

Corto Maltese est négociateur chez les Dayak, les indigènes de l'île de Bornéo. Ces derniers craignent les conséquences de l'exploitation de la gutta-percha (une sorte de gomme) par les Rajahs blancs du Royaume de Sarawak. Corto tente d'aider un jeune aborigène à revenir sur les traces de son passé, accompagné d'une touchante "Sirène", une jeune fille Néerlandaise handicapée…

Détail d'une planche du "Jour de Tarowean", un album de Corto Maltese par Juan Diaz Canales et Ruben Pellejero, d'après Hugo Pratt
Détail d'une planche du "Jour de Tarowean", un album de Corto Maltese par Juan Diaz Canales et Ruben Pellejero, d'après Hugo Pratt / Casterman

On a plaisir à lire ce nouvel opus

Graphiquement, Ruben Pellejero « tient » son personnage de Corto qu’il croque comme celui des débuts alors qu’il n’est pas encore l’icône romantique des albums suivants. On est ravi de retrouver le pirate Raspoutine, le chef de tribu Cranio et le mystérieux Moine, dont le visage n'est jamais dévoilé…

On fond pour ce couple de jeunes amoureux : la jeune sirène et Calaboose, un personnage inspiré de récits espagnols où un jeune homme est enfermé dans une prison par son parrain à cause d’une prophétie qui le voit l’assassiner.

Le scénariste Juan Diaz Canales a, lui aussi, trouvé ses marques. « Tout n’est qu’un jeu d’équilibre » dit-il. Son Corto est cohérent avec les récits d'Hugo Pratt. La partie de l'intrigue dans l'océan Pacifique nous emmène du côté des récits de Conrad, Stevenson ou de Jack London…

Comment dessiner "Le jour de Tarowean", la leçon de dessin de Ruben Pellejero

Feuilletez quelques pages du "Jour de Tarowean"

Le jour de Tarowean de Juan Diaz Canales et Ruben Pellejero d'après Hugo Pratt est paru chez Casterman

Détail d'une planche du nouvel album de Corto Maltese "Le Jour de Tarowean" de Juan Diaz Canales et Ruben Pellejero d'après Hugo Pratt
Détail d'une planche du nouvel album de Corto Maltese "Le Jour de Tarowean" de Juan Diaz Canales et Ruben Pellejero d'après Hugo Pratt / Casterman
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.