Son précédent livre "Malaterre" était très personnel : Pierre-Henry Gomont y racontait en BD son enfance auprès d'un père fantasque. Changement de ton avec cette fantaisie qui figure parmi les pépites de la rentrée. Le dessinateur nous propose une course poursuite joyeuse sur la piste du grand scientifique.

La fuite du cerveau de Pierre-Henry Gomont
La fuite du cerveau de Pierre-Henry Gomont © Dargaud

1955 : le génie des mathématiques Albert Einstein s’éteint. Son cerveau est pesé et autopsié par Thomas Stoltz Harvey qui s’en empare. A l’époque on cherche à expliquer l'intelligence du père de la théorie de la relativité - alors que ce dernier avait expressément indiqué qu’on le laisse tranquille post mortem

Détail d'une planche de "La Fuite du cerveau" de Pierre-Henry Gomont
Détail d'une planche de "La Fuite du cerveau" de Pierre-Henry Gomont / Dargaud

À partir de ce fait réel, Pierre-Henry Gomont (Pereira Prétend, Malaterre) tricote une fantaisie avec vol de cerveau et savant trépané… Un road trip plein de poursuites à travers les Etats-Unis. Le ton est proche du burlesque.  C’est vif, et plein de rebondissements… Le dessin plein de petits détails vivants est adapté au récit joyeux. Un très bon moment.

Comment dessiner "La Fuite du cerveau" : la leçon de dessin de Pierre-Henry Gomont

La Fuite du cerveau de Pierre-Henry Gomont chez Dargaud 

ALLER PLUS LOIN | Les BD de la rentrée 

Planche de "La Fuite du cerveau" de Pierre-Henry Gomont
Planche de "La Fuite du cerveau" de Pierre-Henry Gomont / Dargaud
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.