Une nouvelle aventure de Corto Maltese, le parcours héroïque d’une Résistante qui n’a pas sa langue dans sa poche, une famille loufoque, l’histoire d’un lieu à priori banal qui résume celle du monde, un jeune talent repéré par France Inter… Une ribambelle d’ouvrages pour faire passer la fin des vacances.

Les 10 Bd de la rentrée
Les 10 Bd de la rentrée © .

1 - "Océan noir" de Bastien Vivès et Martin Quenehen : un Corto Maltese revisité et réussi

Rouflaquettes, attitude à la fois active et nonchalante.... Pas de doute, Corto Maltese le marin le plus mystérieux et le plus sexy de la BD est de retour. Cette fois, direction le Japon... pense-t-on. Impliqué dans un trafic apparemment tranquille, notre pirate assiste à une livraison qui tourne mal. Et c’est parti pour une aventure menée pied au plancher, située en 2001, qui nous transporte en Amérique du Sud. 

  • 🎥 REGARDER | Bastien Vivès : comment dessiner "Océan noir" ? 
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Océan noir de Bastien Vivès et Martin Quenehen chez Casterman

2 - "Madeleine Riffaud" de JD Morvan et Dominique Bertail : portrait d’une éternelle indignée 

Comment entre-t-on en résistance ? Jean-David Morvan, et Dominique Bertail publient une bande dessinée sur la célèbre indignée Madeleine Riffaud. 

Sous forme de récit autobiographique, elle retrace la vie engagée de cette femme entrée très tôt en résistance. Madeleine Riffaud a 17 ans lors de la débâcle de juin 1940.

Elle assiste à un bombardement d’une file de personnes qui fuyait l’avancée nazie. Un souvenir marquant pour la jeune femme, suivi d’une humiliation par des soldats allemands. Très vite, elle décide de s’engager, et rejoint les réseaux étudiants de la Résistance. La bande dessinée retrace avec une grande précision son parcours. Le dessin s’est finement adapté aux années 1940. 

  • 🎥 REGARDER | Madeleine Riffaud dans Culture prime : "Je suis entrée en résistance après m'être pris un coup de pied au c..."

Madeleine, Résistante T.1 : La Rose dégoupillée de Jean-David Morvan et Dominique Bertail chez Dupuis

3 - "Du bruit dans le ciel" de David Prudhomme : Voyage à Châteauroux

Le dessinateur fait la chronique du lieu de son enfance dans le centre de la France. Un récit autobiographique qui mêle géographie, économie et histoire. 

Un coup de projecteur sur un lieu qui raconte plus la société française qu'on ne le pensait. 

  • 🎥 REGARDER | David Prudhomme : comment dessiner Du bruit dans le ciel ?
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Du bruit dans le ciel de David Prudhomme chez Futuropolis

4 - "Queenie" ou l'histoire de la "Marraine" d'Harlem

L’histoire a oublié Stéphanie Saint-Clair, femme noire qui, dans les années 1910 et 1920, dominait le crime organisé dans le quartier d'Harlem à New York. On la surnommait "Queenie"... 

Queenie La Marraine de Harlem de Elisabeth Colomba & Aurélie Lévy est paru aux Editions Anne Carrière.    
 

5 - "Ecoute Jolie Marcia" de Marcello Quinthanila : une relation mère-fille baroque sur fond de favelas

Au Brésil, Jacqueline n’en fait qu’à sa tête : la jeune fille plantureuse au verbe haut, fréquente les trafiquants du quartier, se drogue, a attrapé une MST… Bref, Jacqueline est mal partie. Sa mère, infirmière à l’hôpital se fait des cheveux blancs. D’autant que son propre compagnon, n’est pas d’une grande aide. Dans des dialogues hauts en couleur, soulignés par les teintes vives du dessin, Marcello Quinthanila rend palpable l’énergie de ces femmes en conflit. Le dessinateur brésilien, dont on avait apprécié Tungstène, raconte en finesse et dans un rythme haletant le déchirement d'une mère et de sa fille.

Ecoute Jolie Marcia de Marcello Quinthanila éditions Ca et là

6 - "René·e aux bois dormants" d’Elene Usdin : l'histoire hallucinée des peuples autochtones

Alors qu’elle poursuit un lapin, René·e bascule dans un monde étrange peuplé de monstres… Le rêve halluciné aux couleurs chatoyantes de cette sorte d’Alice au pays des merveilles nous emmène très loin dans l'imaginaire avant de nous ramener dans l’histoire récente du Canada. René·e revient sur l’enlèvement des enfants autochtones dans le Nord Canadien, un sujet déjà traité en BD mais de façon plus clinique par un reportage de Joe Sacco. 

L’autrice française Elene Usdin a régulièrement voyagé en Amérique du Nord, elle en rapporté une sensibilité fine au drame des nations autochtones, mais aussi une envie de la raconter de façon onirique. Un traitement très pertinent pour parler des Indiens. Les cases de René·e aux bois dormants sont des peintures réduites. Les références graphiques du côté de Lorenzo Mattoti et Brecht Evens explosent dans d'impressionnantes pages colorées… Une réussite. 

  • 🎥 REGARDER | Elene Usdin : comment dessiner René·e
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

René·e aux bois dormants d’Elene Usdin est paru chez Sarbacane

7 - "Simone et moi" de Simone Baumann, un ovni BD, premier label découverte jeune talent France Inter

Pour sa première BD, l'artiste suisse de 24 ans fait preuve d'une maîtrise impressionnante du dessin et de la narration. Pour évoquer les affres autobiographiques d'une jeune adulte incomprise dans un style qui rappelle l'expressionnisme allemand.

  • 🎥 REGARDER | Simone Baumann : comment dessiner "Simone et moi"
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Simone et moi de Simone Baumann chez Martin de Halleux

8 - "J'accuse !"de Jean Dytar : L'affaire Dreyfus par mail

Si l'affaire Dreyfus avait lieu aujourd'hui comment serait-elle traitée ? C'est par mail, et par captures écran de unes de site d'information que Jean Dytar nous raconte l'affaire d'État de la fin du XIXe siècle. Dans un contexte général d'antisémitisme le capitaine Dreyfus est accusé de trahison, et dégradé en janvier 1895. La presse et les intellectuels s'emparent alors de l'affaire. C'est donc sur le site web de l'Aurore relayé sur son fil twitter imaginaire qu'Emile Zola délivre son "J'accuse"… Le traitement original donne un coup de jeune, à une histoire d'injustice qui ne doit pas cesser d'être racontée. 

J'accuse ! de Jean Dytar chez Delcourt Mirages

9 - "Alice Guy" de Catel et Bocquet : la bio d’une grande réalisatrice méconnue

Il y a eu d’abord les Frères Lumière qui inventèrent le septième art, puis… Alice Guy se chargea de créer les premiers films, et elle est à l’origine de pléthore d’innovations cinématographiques. Dans un monde d’hommes, elle sut s'imposer, tester et innover...  

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Alice Guy de Catel et Bocquet à paraitre le 26 septembre chez Casterman

10 - "Bob Denard" d'Olivier Jouvray et Lilas Cognet : parcours d'un mercenaire

Cette bande dessinée réussit la prouesse de nous intéresser à Bob Denard ! Impliqué dans de nombreux coups d'état en Afrique, le mercenaire décédé en 2007 n'a pourtant rien de recommandable. Fils de militaire engagé dans la marine à 16 ans, il en part vite pour devenir l'homme des basses besognes. Katanga, Yémen, Gabon, Rwanda… 

L'histoire racontée à la première personne, est dessinée de façon incroyable par Lilas Cogne. Avec son trait très coloré, qui contraste avec la noirceur des propos racontés, elle invite une palette de symbole pour évoquer les coups tordus de Bob Denard. Des textes viennent en sous-titres pour contextualiser toutes les actions de celui qui eut au moins une qualité : pour lui, noir ou blanc pas de hiérarchie, du moment qu'on le servait. Au-delà du personnage à la vie aventureuse, le récit et les explications racontent un pan entier de la Françafrique. C'est passionnant.

Bob Denard d'Olivier Jouvray et Lilas Cognet chez Glénat

Et aussi

  • Animal social club d'Hervé Bourhis : une fable loufoque mais très réaliste dans le milieu du cinéma.
  • C'est la rentrée, on en profite pour s'abonner à des revues BD : Spirou, Topo, La revue dessinée, Biscotto...