Invitée de "Boomerang" au micro d'Augustin Trapenard, la dessinatrice a lu une déclaration solennelle et agacée adressée au ministre de la Culture, Franck Riester, sur le statut des auteurs, le rapport Racine (attendu mais "égaré") et la posture des éditeurs du SNE qui font la sourde oreille aux revendications.

Marion Montaigne lance un appel à dévoiler le Rapport Racine sur la situation des auteurs de BD
Marion Montaigne lance un appel à dévoiler le Rapport Racine sur la situation des auteurs de BD © AFP / JOEL SAGET

►►► Mise à jour jeudi 23 janvier : le Rapport Racine a été mis en ligne

MARION MONTAIGNE : "C'est bientôt le Festival d'Angoulême, et 2020 est la grande année de la BD... Comme tout le monde en janvier, Vincent Montagne, le président du SNE, le syndicat des éditeurs, lors de ses vœux s'est félicité, à raison, de la bonne santé du secteur de la BD. Plus de 500 millions d'euros de chiffre d'affaires dans un contexte de crise éternelle. C'est vraiment balèze ! 

Le chef des éditeurs n'oublie pas les auteurs. Il a une pensée pour ceux qui sont à la base de toute son industrie, mais qui vivent pour l'essentiel, sous le seuil de pauvreté, et se débattent dans un cadre administratif absurde. Il leur dit : 

Je ne veux pas que l'Etat vienne se mêler de notre relation.

Pourquoi ? 

"Parce que l'Etat, précisément, a demandé à une commission de se pencher sur la situation des auteurs. Ce texte existe : c'est le rapport Racine (du nom de Bruno Racine, à qui un état des lieux de la profession a été demandé par le ministère de la Culture), mais il semble avoir été égaré par le ministre Franck Riester. 

En attendant qu'il soit dévoilé, redoutant peut être ses conclusions, le patron des éditeurs prévient : pour lui, c'est niet ! Non à un éventuel rééquilibrage du rapport de force. Non aux auteurs qui voudraient vivre de leur travail. Non à une meilleure répartition des droits. Bref, les éditeurs veulent que tout reste comme avant, et on les comprend ! 

Alors, 2020, année de la bande dessinée, des parrains de prestige et une affiche formidable et peut-être même, un président de la République au Festival d'Angoulême, mais pas le moindre début de mesure concrète pour ceux qui font de la BD. Rien.

Nous, on aimerait que le ministre Franck Riester se réveille ! Proclamer son attachement à la BD, nous écouter avec gravité, c'est bien. Mais agir, c'est mieux !" 

Aujourd'hui, nous demandons le rapport Racine !

"Contrairement aux éditeurs, nous n'en avons pas peur. Nous voulons savoir ce que ce rapport constate, et surtout ce qu'il propose. Nous voulons nous mettre au travail pour améliorer la situation du livre et de sa création. 

Alors, cette année, merci de pas nous endormir avec la promesse de nouvelles commissions d'une décennie de la bande dessinée ou d'un centre intergalactique des livres de l'image. 

Cette année, on veut aller au festival en lisant le rapport Racine dans le train. On veut que le ministre le retrouve et le libère. On ne veut pas qu'on finisse par croire que cette année de la BD n'était qu'un soutien industriel, plutôt qu'une véritable réflexion sur les conditions de la création et la situation des auteurs. 

Nous avons hâte de vous voir à Angoulême, Monsieur Riester. Mais si vous avez oublié le rapport, s'il vous plaît, épargnez le budget de l'Etat et restez chez vous."

Ecouter la déclaration de Marion Montaigne : 

2 min

L'appel de Marion Montaigne à lire le Rapport Racine sur la situation économique des auteurs de BD

Par France Inter

Ecouter aussi

🎧  ECOUTER | L'entretien complet de Marion Montaigne dans Boomerang 

LIRE | Critique du nouveau tome de "Tu mourras moins bête" la série scientifique de Marion Montaigne et aussi : 2020 année de la bande dessinée, les auteurs attendent de voir.

LIRE | Festival d’Angoulême : que se passe-t-il chez les auteurs de Bande Dessinée ?

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.