Le héros de Hugo Pratt revient pour une nouvelle aventure à la fois très fidèle à l’univers du marin et très iconoclaste. Mais plaisante et dynamique.

Détail de la couverture d'Océan Noir, une aventure de "Corto Maltese" signée Bastien Vivès et Martin Quenehen
Détail de la couverture d'Océan Noir, une aventure de "Corto Maltese" signée Bastien Vivès et Martin Quenehen © Casterman

Rouflaquettes, attitude à la fois active et nonchalante, pas de doute, Corto Maltese le marin le plus mystérieux et le plus sexy de la BD  est de retour.  

Cette fois, direction le Japon... pense-t-on

Impliqué dans un trafic apparemment tranquille, notre pirate assiste à une livraison qui tourne mal. 

Et c’est parti pour une aventure menée pied au plancher, située en 2001, qui va nous transporter en Amérique du Sud. Il est question de chasse au trésor, de mafia japonaise au Pérou, de services secrets... Le tout sur fond de poursuite, et de bagarre armée. Le rythme est soutenu. 

On suit le marin, qui, comme dans les BD du maître italien sait aussi se poser et s’interroger sur le sens de la vie.  

L’aventurier ténébreux est apparu à la fin des années 1960 dans l’imaginaire du dessinateur et scénariste Hugo Pratt, mort en 1995

Les douze albums de Corto Maltese ont connu un immense succès auprès du public et de la critique. 

Après la reprise du personnage emblématique en 2017 chez Casterman par deux auteurs espagnols, Rubén Pellejero au dessin et Juan Diaz Canales au scénario, c’est cette fois-ci un binôme très français qui a œuvré. Le duo de 14 juillet s’est emparé d’un mythe.

Il a osé le tordre, le déplacer dans les années 2000 pour son plus grand bien. Le dessin de Bastien Vivès s’est mis à la hauteur de Pratt. Les puristes vont sans doute hurler à la trahison mais le pirate reste très séduisant. 

Comment dessiner Corto Maltese dans "Océan noir" ? 

Océan noir de Bastien Vivès et Martin Quenehen est paru chez Casterman

=>  Plus de Corto Maltese d'Hugo Pratt sur France Inter