"Bêtes de sexe - La Séduction dans le monde animal" invite le public à découvrir, sur un mode humoristique, ludique et décalé, la diversité des méthodes de séduction et de reproduction dans le monde animal et végétal.

Elaborée en collaboration avec des biologistes, des experts du comportement animal et des conservateurs du Natural History Museum de Londres, "Bêtes de sexe" expose plus de 100 spécimens d’animaux naturalisés, des photos, des films, ainsi que des courts métrages sur la sexualité animale réalisés parIsabella Rossellini. A travers une scénographie ludique et étonnante, le propos scientifique réserve quelques surprises impertinentes et savoureuses.

L’exposition "Bêtes de sexe, un brin culottée ?"

Bien plus que le reste du monde animal, les humains sont indéniablement des « bêtes de sexe ». Le sexe est d’ailleurs tellement important, que nous avons imaginé des moyens de goûter à ses plaisirs sans la complication de la reproduction, grâce à la contraception. Alors inutile de juger les animaux selon nos codes moraux, de même que nous ne fondons pas nos règles sur leurs comportements : oublions nos préjugés et découvrons une ou deux choses à leur sujet...

Pourquoi la nature a-t-elle inventé la sexualité ? Pourquoi les femelles sont-elles particulièrement exigeantes dans le règne animal ? Comment les mâles s’assurent-ils de leur paternité ?

Cinq séquences thématiques

  1. La sexualité, une histoire ancienne
  2. La reproduction, avec ou sans sexe
  3. A la recherche du bon partenaire
  4. Mais comment s’y prendre ?
  5. La conclusion, Et l’homme dans tout ça ?, questionne, non sans malice, le visiteur sur la séduction humaine.

Le Palais de la découverte, plus que jamais un lieu de décryptage et de découverte de la science. Les visiteurs partent à la découverte des multiples stratégies développées par la faune et la flore pour se reproduire. Les dispositifs scénographiques, nombreux et variés, interpellent le visiteur, l’invitent à porterun autre regard sur l’évolution, la sélection sexuelle, la sexualité animale et végétale, et l’amènent peu à peu à questionner ses jugements :

  • une centaine de spécimens naturalisés, provenant des collections du Natural History Museum , sont mis en scène et exposés sous vitrine ;
  • huit films courts et plein d’humour, intitulés « Green porno », réalisés et interprétés par Isabella Rossellini illustrent la vie sexuelle de certaines espèces ;
  • des photographies grand format enrichissent le propos ;
  • un mur interactif et poétique renvoie le visiteur à son propre art de la séduction.

Le Palais de la découverte est le premier musée étranger à accueillir l’exposition "Sexual Nature " produite par le Natural History Museum de Londres, accessible à partir de 10 ans en raison de ses contenus explicites.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.