Connaissez-vous Vrastislavie ? Non, ce n’est pas un pays visité par Tintin dans une de ces nombreuses aventures mais la nouvelle capitale européenne de la culture 2016. Cette ville est située en Pologne, et se trouve au sud du Monts des Chats, clin d’œil à nos internautes amateurs de minous en tout genre sur la toile. Un bon signe pour le destin européen ?

La capitale Européenne de la culture, c’est quoi ?

Nous sommes en 1985. A l’époque, Jack Lang devient le deuxième éternel ministre de la Culture en France après Malraux. On ne parle pas encore de « Grexit » et nous montons des projets avec nos amis hellènes. Jack appelle ainsi son homologue, Melina Mercouri . Ils seront à l’initiative de cette opération. Politesse oblige, c’est donc Athènes qui ouvrit les festivités. Le choix est fait par un jury d’experts qui attribue ce titre de capitale européenne de la culture à une, deux, voire neuf villes (comme en l’an 2000).

Mélina Mercouri et Jack Lang (1981)
Mélina Mercouri et Jack Lang (1981) © ROCHE/TF1/SIPA

Bons baisers de Pologne

Vratislavie, la Venise du Nord, va donc avoir la lourde mission de faire battre le cœur de l’Europe culturelle avec la ville deSaint-Sébastien, en Espagne . Lourde mission car on ne peut pas dire que la Pologne soit très euro-friendly ces derniers temps avec l’arrivée au pouvoir du parti « Droit et Justice » et le président conservateur Andrzej Duda . C’était en août dernier, deux mois après le lancement du programme des festivités qui annonçaient 180 expositions. La symbolique est forte : le siège de la culture d’une Europe qui boîte est donc situé pour un an dans la quatrième ville d’un pays qui dit non à l’Europe.

Wroclaw, malgré tout

Nain de Wroclaw
Nain de Wroclaw © Anna Stowe/LOOP IMAGES/Corbis

Connue aussi pour ses nains, Wroclaw devra porter très haut les couleurs de la culture européenne, malgré l’adversité. Elle porte une influence finalement assez bi-nationale due aux guerres qui ont émaillé l’Europe : celle de l’Allemagne voisine et celle de la mère patrie polonaise. La ville a fourni d’ailleurs à la culture polonaise des musiciens en tout genre, des philosophes, des champions d’échec, des poètes… et deux prix Nobel de littérature Theodor Mommsen (1902) et Gerhart Hauptmann (1912).

En 1948, cette ville fut même désignée pour accueillir le congrès mondial des intellectuels pour la paix , au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Pouvait-on imaginer meilleur endroit pour renouer, avec les fils de la culture, le dialogue européen ? Le rendez vous est donné dès le 7 janvier avec la projection deJohnnie Waterman de Jan Jakub Kolski sorti en 1994.

►►►Le site de Wroclaw 2016

►►► Le site de Saint-Sébastien 2016

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.