Comment rendre un personnage vivant et expressif sans mettre l’accent sur les yeux ? Le dessinateur Blutch publie « Variations », un recueil grand format d’une trentaine de planches dans lesquelles, il dessine à sa façon des passages de BD connues. Il commente ici sa planche de "La Grande Traversée" d'après Uderzo.

Détail de la planche inspirée par "La Grande Traversée" d'Astérix de Goscinny et Uderzo, tirée de "Variations" de Blutch
Détail de la planche inspirée par "La Grande Traversée" d'Astérix de Goscinny et Uderzo, tirée de "Variations" de Blutch © Dargaud

Blutch sur La Grande Traversée d’Uderzo et Goscinny : 

Dans Variations, il y a des images « primales ». Et La Grand traversée en fait partie. C’est une image formatrice. Le livre est sorti en 1975. Je m’en souviens parfaitement. Et un passage m’a sauté aux yeux : quand Astérix et Obélix se retrouvent totalement démunis au milieu de l’Océan Atlantique. Surtout, drame ultime en particulier pour l’un des deux protagonistes, ils n’ont plus rien à manger. Il ne reste qu’une pomme, celle des pirates, qu’ils se partagent. 

Je ne sais pas pourquoi ce passage m’a touché

Il n’y a que la psychanalyse qui pourra éclaircir cette histoire. C’est une séquence qui m’a marquée au point que pendant longtemps, j’ai eu un projet de livre qui s’appelait : La pomme des pirates. J’ai dû les sentir vraiment en danger. J’ai dessiné cette planche parce que j’avais envie de représenter Obélix complètement "fondu". On dirait qu’il est en train de fondre comme une bougie. Cet Obélix au bout du rouleau, je le voyais. 

C’est très difficile de s’attaquer au dessin d’Uderzo

Il est redoutablement juste. Ça se voit encore plus dans la série Tanguy et Laverdure. Ce qui frappe, c’est la générosité de ses traits. Ses dessins dégagent une chaleur, une sensualité… Uderzo dessine souvent de petits yeux à ses personnages comme Obélix ou Laverdure. Je voulais voir comment on rend un personnage vivant et expressif sans mettre l’accent sur les yeux. J’ai mis mes pas dans ceux du dessinateur d’Astérix. 

J’ai eu du mal à faire cette planche parce qu’il y a une mer dans tous ses états. Dessiner l’eau, tous les dessinateurs le savent, ce n’est pas une sinécure. Au moment où j’ai fait cette planche, je n’avais pas le grand feeling avec Astérix. Je ne le sentais pas. Je me suis débrouillé avec cette planche, parce que j’ai du métier. Si je la refaisais, je la ferais autrement. 

La Grande Traversée d'Astérix d'après Uderzo, une planche tirée de Variations de Blutch
La Grande Traversée d'Astérix d'après Uderzo, une planche tirée de Variations de Blutch / Dargaud

Écoutez Blutch : 

La leçon de dessin de Blutch

Comment dessiner Lucky Luke : 

► Plus d’informations sur Variations de Blutch publié chez Dargaud

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.