Couverture Gaiman
Couverture Gaiman © Au Diable Vauvert / Boulet/Neil Gaiman

Ne vous arrêtez pas au titre : Par bonheur, le lait, cette histoire est fantastique.

C’est l’impossible excuse d’un père parti chercher une bouteille de lait et qui, à son retour, raconte ses pérégrinations. Il a croisé d’incroyables extraterrestres, des « wumpires », des pirates, des dinosaures…

Et malgré toutes ses rencontres, il a eu le temps de sauver la planète des pattes de monstres « gloubonneux », avant de rapporter à ses enfants ce qu’il faut pour leurs céréales.

Le dessinateur Boulet, auteur de Notes, Jour de neige et auteur d'un blog particulièrement savoureux, a superbement illustré le récit de Neil Gaiman (Coraline , Stardust.. .) soi-disant « normal » et vraiment drôle, qui bascule dans le fantastique.

Boulet : "En tant que dessinateur, j'ai vu ce livre comme une espèce de passe-partout pour une confiserie géante"

Je suis entré dans l'univers de Neil Gaiman, par la lecture deBon présage qu'ila coécrit avec Terry Pratchett. Ça m'avait donné envie de m'intéresser à ses premières œuvres comme Stardust . J'ai ensuite découvertNeverwhere , et American Gods . J'ai aussi lu ce qu'il avait fait en bande dessinée comme Sandman. De temps en temps j'achetais un livre, ou je voyais passer son nom.Il a, par exemple, écrit un épisode de la série Doctor Who . Je ne l'ai donc pas découvert à l'occasion de ce livre.

Je trouve qu'il arrive très bien à récupérer des mythologies et à les réintégrer dans quelque chose de très actuel. Quand on lit Neverwhere, par exemple,on a l'impression que ça pourrait se passer maintenant avec toutes les histoires avec lesquelles il a grandi, qu'il intègre. J'aime beaucoup cette liberté de ton qu'il a, cette façon de ne rien s'interdire.

Par bonheur, le lait, n'est pas le récit de Neil Gaiman qui m'a le plus transporté, parce qu'il s'adresse aux enfants. Mais en revanche en tant que dessinateur, c'était comme s'il avait essayé de décrire en un seul livre tous les fantasmes de dessin que l'on pourrait avoir . A chaque page, je me disais que ça devrait être extraordinaire à dessiner : ça commence avec des extraterrestres, ça se poursuit avec des pirates, des dinosaures, des volcans qui explosent, des poursuites toutes les quatre pages... C'est un livre avec un rythme extrêmement rapide. En tant que dessinateur, j'ai vu ce livre comme une espèce de passe-partout pour une confiserie géante.

Je pensais que ce serait plus laborieux, plus difficile. J’ai vraiment fait comme quand je dessine pour moi d’habitude. La plupart de mes bandes dessinées,je ne prépare rien à l’avance. J’ai commencé à faire des essais en me disant que je les enverrai à l’éditeur. Et quand j’ai mis mes premières tentatives sur des feuilles volantes, je me suis dit que c’était ce que je voulais comme rendu définitif . C’est venu très naturellement. Je dessinais ça à main levée. J’étais en « vacances » à la campagne, il y avait des enfants autour de moi, et je leur montrais mes dessins, je voyais ce qui leur plaisait, ce qui ne leur plaisait pas. C'était une récréation. C'était très facile, et très agréable.

Cette double page ci-dessous résume bien mon approche du livre. Par bonheur, le lait avait déjà été illustré avant moi par Chris Riddell en Angleterre, et Skottie Young aux Etats-Unis.Pour la France, Neil Gaiman a demandé qu’un dessinateur local illustre son livre, et c’est tombé sur moi !

J’ai regardé ce qu’avaient fait les autres et j’ai essayé de m’en éloigner le plus possible. Et je me suis basé sur mon propre univers : j’ai mis mon neveu et ma nièce dans le livre dans le rôle des enfants. J’ai mis mon frère qui joue le rôle du papa, et pour le reste des décors, je me suis inspiré de ma propre enfance, de la cuisine avec les meubles en formica pliante qui avait chez mes parents, des pots de miel, de la boîte de céréales que l’on avait avec des labyrinthes au dos. J’ai mis le maximum de moi dans l’histoire .

Par bonheur, le lait page du petit déjeuner
Par bonheur, le lait page du petit déjeuner © Au Diable Vauvert / Boulet

Par bonheur, le lait de Neil Gaiman, illustré par Boulet est édité au Diable Vauvert

Plus d'images

Prêtre dans Par bonheur le lait
Prêtre dans Par bonheur le lait © Au Diable Vauvert / Boulet/Neil Gaiman

Pirates dans Par bonheur le lait
Pirates dans Par bonheur le lait © Au Diable Vauvert / Boulet/Neil Gaiman
Aliens dans Par Bonheur le lait
Aliens dans Par Bonheur le lait © Au Diable Vauvert / Boulet

Aller + Loin

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.