California dreamin
California dreamin © Gallimard BD / Pénélope Bagieu

Pénélope Bagieu signe une bio libre, intelligente et drôle de Cass Elliot, l'une des chanteuses des Mamas and papas, le groupe folk pop de la fin des années 60 créateur de la chanson California dreamin , ou Monday monday .

"Je serai la grosse la plus célèbre du monde". Et elle a réussi, pas pour son poids, mais pour sa voix et sa personnalité. Cass Elliot (de son vrai nom Ellen Naomi Cohen ) la chanteuse à l'origine du tube California Dreamin , était forte, et surtout très drôle. C'est l'une des raisons pour laquelle Pénélope Bagieu a choisi de raconter sa vie dans un récit à plusieurs voix : celle de la soeur de la chanteuse, qui donne les raisons de sa boulimie, celle de son père, fan d'opéra qui tient une boutique casher à Baltimore ... une ville qui ne compte presque pas de Juifs, puis celles de ses amis Sharon, Ken...

La future choriste deThe Mamas and The Papas a toujourd baigné dans la musique. Elle a décidé assez tôt de prendre des cours de chant avant de plaquer Baltimore pour New York où elle commence par animer une émission de radio. Et affirmer qu'elle déteste la musique folk ! Elle change vite d'avis après s'être fait présenter Tim. Cass Eliott participe à un premier groupe, puis un deuxième : lesMugwunps. Dans un moment d'euphorie post-écoute des Beatles, elle se greffe aux Journeymen (John Phillips, Denny Doherty, Michelle (Gilliam) Phillips) qui deviendront The Mamas and The Papas...

Cass prenait pas mal de drogue. D'ailleurs, elle résume avec honnêteté l'occupation principale d'un de ses groupe par "C'est vrai qu'en dehors du LSD et des blagues scato, les Mugwumps ne débordaient pas de grands projets de vie ". Et sa vie sentimentale était compliquée vu qu'elle tombait amoureuse d'hommes déjà pris. Ce qui eut des conséquences sur sa place au sein de The Mamas and The Papas... Pénélope Bagieu signe ici un très joli retour, et dresse au crayon de papier un portrait intelligent et délicat de cette femme attachante e thaute en couleur. De quoi donner envie de réécouter toute son oeuvre.

►►►Le Pop and co de Rebecca Manzoni consacré à la BD

►►► (A venir) Pénélope Bagieu, invitée d'Augustin Trapenard dans Boomerang

California Dreamin' - Pénélope Bagieu - Gallimard BD

Pénélope Bagieu : "La bande dessinée m'apporte du silence"

Ce n'est pas tant sa carrière qui m'intéressait, ni même ses chansons, mais ce que j'ai projeté sur elle. [...] J'ai toujours eu une tendresse naturelle pour ce personnage . J'ai imaginé un portrait de femme très déterminée

La bande dessinée, par rapport à un texte seul, m'apporte du silence. O n peut faire passer beaucoup plus d'émotions, par des jeux de regards, des scènes muettes par ce média... Et par rapport au cinéma ? Ça permet de beaucoup plus déformer les choses.

"Ma" Cass est sûrement un peu différente de la réalité. [...] Il fallait que son visage en dessin qui reflète à la fois son exhubérance et sa sensibilité. Surtout je voulais qu'elle soit très agréable à dessiner

Je n'aime pas la couleur pour la couleur. Le crayon à papier, ici, élague les artifices que l'on rajoute pour dissimuler ses lacunes en dessin. On est seul avec son crayon, ça permet d'être plus libre . Ça va être dur de retourner à des choses plus construites

Je ne me sentais pas d'en faire ma narratrice. Je voulais qu'elle soit une énigme.Que ce soit un puzzle qui fasse qu'on comprenne petit à petit. S i je lui avais donné la parole on aurait eu la clef tout de suite...

Commentaire des pages 76/77 :

California dreamin' - page 76
California dreamin' - page 76 © Gallimard BD / Pénélope Bagieu

C'est la première fois que quelqu'un entend Cass chanter...

California dreamin' - page 77
California dreamin' - page 77 © Gallimard BD / Penélope Bagieu

Feuilletez quelques pages :

Aller + loin :

Make your own kind of music : (Cass Elliott solo en 1969)

California Dreamin' en français devient La terre promise avec Richard Anthony :

En savoir + sur Cass sur le site de l'IMDB

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.