En noir et blanc tranché, le Grand Prix d’Angoulême 2017, Cosey signe le récit du faux rapt d’une ancienne vedette par des bandits plus très jeunes.

Détail de la couverture de Calypso de Cosey
Détail de la couverture de Calypso de Cosey © Futuropolis

L’ex-star de cinéma américaine Gloria Gould retourne en Suisse soigner ses addictions. Elle y retrouve un ami d’enfance. Lorsqu’elle se rend compte que le directeur de sa clinique l’escroque, elle demande à son vieux copain de monter un faux enlèvement et de réclamer une rançon…  

C’est un ami proche de Cosey, à qui il fait lire ses livres pour ses retours critiques judicieux, qui lui a soufflé le point de départ de Calypso. Sa BD est classique, mais très belle, avec un noir et blanc élégant au service des personnages, et de paysages de montagne ou de lac. 

Des héros de BD plus très jeunes

Peut-être parce que l'actrice en retraite fait penser de loin à Gena Rowlands au crépuscule de sa carrière et que les amis d’enfance ne sont pas jeunes non plus, on sent que ce "fait divers" est l’occasion pour Cosey d’évoquer l’âge, et le temps qui passe. Né en 1950, le dessinateur dit aimer parler de ce qu’il connait. Tout comme il aime voyager pour dessiner des paysages, il apprécie de dessiner des personnages de plus de 60 ans. Ça l’amuse : 

Les héros âgés, il y en a très peu en BD : ils ont tous 35 ans, ils sont beaux, et intelligents. Pour moi, tout est bon pour sortir du stéréotype. 

Quand on l’interroge sur d’éventuels regrets, il avoue : 

C’est banal, mais, avec ce que je sais maintenant, j’aimerais bien avoir 20 ans aujourd'hui ! 

Détail d'une planche de "Calypso" de Cosey
Détail d'une planche de "Calypso" de Cosey / Futuropolis

Cosey : "Je travaille le noir et blanc comme si c'était une couleur"

Détail d'une planche de "Calypso" de Cosey
Détail d'une planche de "Calypso" de Cosey / Futuropolis

Comment j'ai dessiné Calypso, la leçon de dessin de Cosey

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.