C'est l'une des séries phare de la chaîne cryptée. La septième saison d'Engrenages démarre lundi soir. Pour célébrer ce retour, la chaîne cryptée a lancé une collection de podcasts afin d'explorer en détails l'histoire de la première création originale signée Canal+.

 Les comédiens d' Engrenages, 7e saison sur Canal Plus
Les comédiens d' Engrenages, 7e saison sur Canal Plus © Stéphane Grangier/Simon Toupet/ CANAL+

C'était en 2005. En matière de séries policières, la France ne connaissait alors que Navarro et Julie Lescaut. Engrenages et son réalisme brut sont un choc. Le public adhère immédiatement. 

Alors que la septième saison d'Engrenages démarre lundi soir et pour célébrer ce retour, Canal+ a, en co-production avec le studio de podcasts Louie Creative, décidé d'offrir gratuitement aux fans une collection de sept épisodes sonores de 15 minutes entièrement consacrés à Engrenages. Ils permettent d'explorer en détails l'histoire de la toute première création originale de la chaîne cryptée. Le premier épisode a été mis en ligne le 4 février sur myCanal et les applications de podcasts. Il en sera ainsi chaque lundi jusqu'au 4 mars. France Inter a pu écouter les cinq premiers.  

On aime beaucoup : les secrets de l'écriture

L'épisode 1 - Pourquoi Engrenages a failli ne jamais exister.

C'est vraiment la genèse de la série. Entrecoupée d'extraits, Alexandra Clert, créatrice d'Engrenages, raconte comment son passé d'avocate pénaliste l'a inspirée. Passionnant d'entendre que la plupart de ses clients avaient une vision très anglo-saxonne de la procédure pénale, principalement à cause des séries américaines ! 

La remise en perspective dans le contexte de l'époque est tout aussi accrocheuse. Et oui, en 2003, lorsque le projet est proposé à Canal+, la France ronronne devant des séries policières aux intrigues bouclées à chaque épisode et aux héros bien sympathiques. A la Création originale de la chaîne, Fabrice de la Patelière rêvait à l'époque devant Les Sopranos et Six Feet Under. 

L'épisode 2 - Comment Engrenages a convaincu les tribunaux et les commissariats. 

Toujours autant illustré, cet épisode se tourne vers les consultants, policiers et magistrats, qui ont aidé à rendre la série aussi réaliste. Le vocabulaire, les gestes : il y a toujours un consultant sur le tournage, pour aider les comédiens, rectifier les petits détails. On aime les anecdotes et la voix un brin gouailleuse de cet ancien haut gradé 36 quai des Orfèvres qui parle de "taper un flag" et qui depuis la saison 5 a un petit rôle dans la série ! 

L'épisode 5 - Comment l'écriture d'Engrenage n'a cessé d'évoluer. 

C'est l'épisode le plus captivant. Là où la petite histoire rejoint la grande, celle de l'évolution des méthodes d'écriture des séries françaises. De un à deux auteurs sur les premières saisons, ils seront jusqu'à huit scénaristes sur la saison 7 ! Entre temps, avec Anne Landois, arrive la notion de "showrunner" qui cependant reste plus floue chez nous qu'aux États-Unis. Marine Francou, qui a succédé à Anne Landois, explique à quel point la rapidité d'écriture est devenue un sujet clé pour les diffuseurs. Que de pression !

On aime moins : l'épisode sur les femmes de la série et celui sur Paris 

L'épisode 4 - Pourquoi les femmes d'Engrenages sont si puissantes.

"Les femmes d'Engrenages", c'est un bien grand mot. Tout l'épisode tourne autour des personnages de Laure Berthaud (interprété par Caroline Proust) et Joséphine Karlsson (Audrey Fleurot), deux femmes fortes dans un monde d'hommes. Un peu cliché, dommage.  

L'épisode 3 - Pourquoi le Paris d'Engrenages ne ressemble à aucun autre. 

Paris (l'Île-de-France aussi) est, en réalité, un personnage à part entière de la série Engrenages. Toutes les saisons s'y déroulent et la ville est filmée sous tous ses angles. Mais dans l'épisode, on tourne vite en rond sur cette thématique qui ne nous apprend pas grand chose si ce n'est qu'une saison d'Engrenages nécessite tout de même plus d'un an de repérages

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.