Le vidéaste et youtubeur le plus suivi de France était l'invité de Boomerang. Au micro d'Augustin Trapenard, pour sa carte blanche, il a souhaité s'adresser directement aux jeunes, à la génération actuelle, à celles et ceux qui le suivent tous les jours sur les réseaux sociaux, en leur dédiant un message.

Squeezie, octobre 2017
Squeezie, octobre 2017 © Maxppp / PHOTOPQR LE PARISIEN

Youtubeur depuis son adolescence, Squeezie s'est rapidement imposé comme le plus gros influenceur de jeux vidéo en France. Il a su exploiter sa culture geek pour devenir un vidéaste de référence touchant désormais à toute sorte d'univers artistiques. Pour sa carte blanche, l'homme aux 15 millions d'abonnés sur YouTube a choisi d'écrire une lettre qu'il adresse à celles et ceux qui le suivent chaque jour, parfois depuis ses débuts de jeune vidéaste, en 2011, lorsqu'il n'avait que 12 ans. 

Un texte qu'il adresse à la jeunesse et à cette génération à laquelle il est fier d'appartenir : 

1 min

La carte blanche du célèbre youtubeur français Squeezie

Par Squeezie

"On me dit souvent que je parle aux jeunes, que les jeunes me suivent alors aujourd'hui, j'ai décidé de vous parler d'eux, mais aussi de nous, car après tout, je fais partie de ceux que j'influence. Il paraît que je suis un de leurs modèles. 

Moi, je pense n'être qu'une distraction.

Ces jeunes s'inventent tout seuls et défient des codes pourtant déjà bien ancrés. Ils renversent ce qu'on leur avait toujours interdit de toucher, comme des enfants turbulents. Ils ont appris à se déconstruire et à se reconstruire au profit de la tolérance et des libertés. 

Alors, on leur préfère l'étiquette d'une génération de flemmards, toujours derrière leurs écrans, plutôt que celle d'une jeunesse qui prend la parole et qui est plus créative que n'importe laquelle avant eux. Ils ont toujours la tête dans leur portable. Oui, c'est vrai. Mais savez-vous pourquoi ? Pour s'informer, partager, pour se révolter, pour contester et pour s'exprimer. Voilà pourquoi ils ont la tête dans leur portable. Ils ont bien raison. 

Les erreurs des générations passées leur font défaut. Le sort des générations futures pèse sur leurs épaules et, en réalité, ils se battent plus pour les autres que pour eux. Comme on dit, le monde va mal, donc le monde va mieux. 

Je vous parle d'eux aujourd'hui, car j'en suis fier, je suis fier de ce qu'ils accomplissent tous les jours, fier de leur créativité et de leur force de conviction, fier de la manière avec laquelle ils imposent l'évolution". 

Oui, je suis fier de faire partie de cette génération !

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Aller plus loin

🎧 RÉÉCOUTER - Boomerang : Squeezie connecté 

▶︎▶︎▶︎ @BoomerangInter