La future Catherine II est née Sophie-Frédérique-Augusta d'Anhalt-Zerbst , le 2 mai 1729 (ou le 21 avril dans le calendrier julien) à Stettin en Poméranie, région située entre l’Allemagne et la Pologne. Elle est la fille de Christian-Auguste (1690-1747), prince d’Anhalt-Zerbst et de Johanna-Elisabeth d’Holstein-Gottort (1712-1760). Alors surnommée Figchen, la petite Sophie a pour gouvernante une Française qui lui donnera le goût de la culture de notre pays.

Sa mère l’introduit dans les plus hautes cours d’Allemagne et c’est la tsarine Elisabeth I qui la choisit pour épouser son neveu, Pierre, petit-fils de Pierre Ier le Grand et héritier du trône. La veille de ses fiançailles, à 15 ans, Sophie se convertie à la religion orthodoxe (elle était jusqu’à lors de confession protestante) et prend le prénom de Catherine. Le mariage a lieu à Saint-Petersbourg le 21 août 1945. Lorsqu’Elisabeth meurt en janvier 1762, Pierre devient tsar sous le nom de Pierre III . Opposée à son époux et malheureuse en mariage, elle parvient à le détrôner, et le fait probablement assassiner (en juin 1762). C’est ainsi qu’elle sera sacrée Impératrice de Russie le 12 septembre 1762.

Durant son règne, elle parvient à agrandir le territoire de la Russie de 518 000 km2, par différentes conquêtes en Crimée, en Pologne (où elle plaça son ancien amant Stanislas Poniatowski sur le trône) et en Suède.

Catherine II
Catherine II © Radio France

Sur le plan intérieur, Catherine la Grande, comme on l'appelle, inspirée des idées de Voltaire Diderot et d’Alembert, avec lesquels elle entretenait une correspondance régulière, veut moderniser la Russie et règne en « despote éclairé ». Elle réforme l’éducation, l’administration (en créant 50 gouvernements), la santé, développe l’industrie, embellit Saint-Petersbourg, et donne un véritable élan à la vie culturelle de la Russie, en accueillant de nombreux artistes étrangers. Bien qu’influencée par les idées des Lumières , elle n’ira pas jusqu’à abolir le servage, et les paysans furent les grands oubliés de ses réformes.

Côté vie privée, Catherine II est connue pour avoir eu de nombreux amants, dont le premier fut Grigory Orlov. De cette relation naitront deux enfants gardés secrets, Nathalie et Alexeï. Le suivant est Grigori Potemkine, un officier de la Garde. Catherine II le couvrit de médailles et de récompenses et lui donna des terres et des richesses. Après Grigori Potemkine , de nombreux amants se sont succédés, comme Pierre Zavadoski, l’officier Simon Zoritch, Zimski Kosakov, puis Lanskoï qui meurt quatre ans après le début de leur relation. Le dernier, Platon Zoubov, est aux cotés de Catherine au moment de sa mort le 17 novembre 1796 à Saint-Pétersbourg. C’est son fils, Paul, qu’elle jugeait pourtant incapable de gouverner, qui monta sur le trône impérial sous le nom de Paul 1er.(Annelise Signoret)

Bibliographie sur Catherine II

  • Le Roman d’une impératrice, Catherine II de Russie : d’après ses mémoires, sa correspondance et les documents inédits des archives d’Etat , par Kazimierz Klemens Waliszewski, éd. Perrin, 2011

  • Catherine II la Grande : biographie , par Henri Troyat, éd. Flammarion, 2007

  • Voltaire-Catherine II, correspondance1763-1778, éd. Non-Lieu, 2006

  • L'impératrice et l'abbé : un duel littéraire inédit entre Catherine II et l'abbé Chappe d'Auteroche, correspondance éditée par Hélène Carrère d’Encausse, éd. Fayard, 2003
Catherine II
Catherine II © Fayard
  • Catherine II : un âge d’or pour la Russie, par Hélène Carrère d’Encausse, éd. Fayard, 2002

  • L’éloge du sang-froid, recueil de lettres écrites par Catherine II, éd. Mercure de France, 2002__

  • La Russie au temps de la Grande Catherine, par Isabel de Madariaga, éd. Fayard, 1987

  • Catherine de Russie , par Zoé Oldenbourg, éd. Gallimard, 1986

Et aussi

  • Potemkine, mystique et conquérant , par Paul Mourousy, éd. France-Empire, décembre 2012

dfjqkjfdkqljfkldjfklqsdf

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.