Phases finales de la Coupe du monde de football au Brésil: six choix de littérature ballon au pied. Une série proposée par Sylvain Alzial de la bibliothèque de Radio France et Niels Pedersen. Aujourd'hui Philippe Delerm avec Enregistrements pirates .

Tirs au but et suspense

Enregistrements pirates de Philippe Delerm est un recueil de textes courts , d’enregistrements pirates (comme l’indique le titre), des expressions, des bribes de phrases, des bout de scènes filmés dans la rue, dans des endroits publics comme des gares, des wagons, des plages… Delerm compile dans un livre ce que nos sens perçoivent sans que l’on y fasse attention dans tous ces endroits. Ce sont des éléments insolites qui peuvent paraître sans intérêt que l’auteur rassemble, éléments qui pourtant peuvent révéler plus qu’ils en ont l’air.

Philippe Delerm
Philippe Delerm © DR

C’est mieux que les duels dans les westerns.

Sept ou huit minutes apoplectiques, à l’issue des matchs qui ont trop duré. A la fin de la prolongation déjà, certains joueurs sont saisis par des crampes, mais on ne peut plus faire entrer de remplaçants : l’héroïsme commence.

L’arbitre siffle la fin des cent vingt minutes, sans trop déborder- on sait très bien qu’on doit en venir là. Les exhortations véhémentes des entraineurs font soudain place à un calme presque compassionnel à l’égard des joueurs. Il ne s’agit plus de les encourager, mais de les livrer au destin, avec les ménagements d’usage, quelques tapes dans le dos qui ressemblent à des condoléances. Tous ceux qui ont accepté de tirer se rendent dans le rond central avec les deux gardiens de but. Ils sont soudain si loin de tout, prisonniers dans ce cercle du courage.

PHILIPPE DELERM , Enregistrements pirates, Rocher 2003, (La séance de tirs aux buts)

Brésil-Chili, 8 ème de finale de la coupe du monde 2014. Au terme d'un match accroché, où les deux sélections faisaient jeu égal, la seleçao l'a emporté sur des chiliens qui n'ont pas démérité. Au terme des 120 minutes réglementaires il a fallu départager les deux équipes à la fameuse "loterie des tirs au but". La tension était à son comble, le public brésilien rendait l'air irrespirable de sa jubilation, le suspense était poussé au maximum. Au final après un magnifique pénalty de Neymar et celui manqué de Jara, le Brésil s'imposait et dans le stade c'est toute la tension qui a laissé place au soulagement. Moment d'anthologie de cette coupe du monde, cette opposition a rélévé toute l'ampleur de l'espoir qui repose sur les épaules des joueurs de la seleçao.

Finale remportée sur un pénalty de Niels Pedersen

__

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.