En affichant à la une, une photo plutôt "rock'n roll" de l'un des deux auteurs des attentats de Boston, Djokhar Tsarnaev, le bi-mensuel Rolling Stone crée une polémique.

Couverture de Rolling Stone
Couverture de Rolling Stone © Annie Leibovitz pour Rolling Stone

Né en 1967, Rolling Stone n'en est pas à sa première couv' "scandaleuse".

Novembre 1968 : John Lennon et Yoko Ono

Rolling Stone : 1
Rolling Stone : 1 © Radio France

C'est une photo récupérée qui va créer la première polémique autour de Rolling Stone. En novembre 1968, le magazine a tout juste un an. La rédaction décide de mettre en une le couple John Lennon et Yoko Ono.

A l'origine, la photo devait servir de couverture à l'album "Two Virgins". La maison de disque, Apple, renonce finalement par peur du scandale.

Jann S. Wenner, le créateur de Rolling Stones prend connaissance de l'existence de la photo de la star des Beatles et de sa compgane nus, de dos et envoie une lettre à l'agent des Beatles. Il demande le cliché pour en faire la couverture du N° 22 de Rolling Stone.

La proposition est acceptée. Les ventes explosent.

Octobre 1975 : L'enlèvement de Patty Hearst

Rolling Stone : 2
Rolling Stone : 2 © Radio France

Patty Hearst, la fille d'un magnat de la presse Randolph Hearst est enlevée au milieu des années 70 par un groupe terroriste d'extrême gauche américain, l'Armée de libération symbionaise. La jeune comédienne est tout d'abord victime de ses ravisseurs. Progressivement, elle adhère à leur message politique et participe à des actions du groupe. Après un an de cavale, elle est arrêtée par la police.

En octobre 1975, Rolling Stone publie un long reportage sur l'histoire de la cavale et de la conversion de la jeune fille. Pour sa couverture, Rolling Stone choisit une illustration plus qu'une photo : Patty Hearst est à plat-ventre, une arme à la main. L'image est une référence auy tableau d'Andrew Wyeth, Christina's World.

Mars 1977 : Fleetwood Mac

Rolling Stone : 3
Rolling Stone : 3 © Radio France

Fleetwood Mac est un groupe de Rock né en même temps que Rolling Stone. Du blues, du rock, de la pop, le groupe évolue pendant une décennie jusqu'à atteindre son apogée à la fin des années 1980.

Des membres s'en vont, d'autres reviennent, l'histoire du groupe est un roman à l'eau de rose animé par les relations entre musiciens et musiciennes.

La photographe la plus célèbre de Rolling Stone, Annie Leibovitz décide de les faire poser tous ensemble, comme un groupe, dans le même lit.

Janvier 1981 : John Lennon et Yoko Ono

Rolling Stone : 4
Rolling Stone : 4 © Radio France

Cette photo a été prise quelques heures avant l'assassinat de John Lennon devant chez lui à New-York. L'ancien chanteur des Beatles impose la présence de Yoko Ono sur le cliché.

Annie Leibovitz, toujours elle, prend des photos avec un polaroïd, elle n'imagine pas qu'un de ces clichés fera la une de Rolling Stone. Après plusieurs tentatives, elle décide de laisser John et Yoko choisir la photo qui symbolise au mieux leur relation. Sans hésitation, le couple choisit celle de John nu enroulé autour de Yoko.

La suite : l'assassinat de John Lennon puis la promesse de la photographe Annie Leibovitz faite à John de diffuser la photo du "foetus".

Le "foetus" fera la une du 335ème numéro de Rolling Stone.

Septembre 1981 : Jim Morrison

Rolling Stone : 5
Rolling Stone : 5 © Radio France

"He's hot, he's sexy and he's dead". Dix ans après sa mort, Rolling Stone rend hommage à l'ancien chanteur des Doors.

C'est l'une des couvertures les plus connues de Rolling Stone. Le cliché a été pris par la maîtresse de Jim Morrison, Gloria Stravers. Gloria était la rédactrice en chef de "16", un magazine de rock qui a soutenu Rolling Stone à sa naissance et proposé les premières couvertures choc.

Le titre est une composante essentielle de cette couverture de ce 352ème numéro de Rolling Stone. Beaucoup de gens se sont appropriés la paternité du titre.

Ce que signifie : "he's hot, he 's sexy, he's dead", c'est la frénésie des fans de Jim Morrison Doors, intacte dix ans après le décès du chanteur.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.