En attendant la réouverture des salles de cinéma, retrouvez chaque semaine la sélection DVD de Laurent Delmas.

Le cinéma à la maison
Le cinéma à la maison © Getty

"L'Enfer des anges" de Christian-Jacques

L'histoire de ce film commence à Cannes en 1939. Manque de chance, le festival de Cannes 1939 n'aura jamais lieu. Mais l'an dernier, Antoine de Baecque l'a réinventé à Orléans, la ville de Jean Zay,  l'organisateur du premier Festival de Cannes. Le public a pu voir L'Enfer des anges avec bonheur, puisque non seulement le film a obtenu le prix du jury, mais aussi le prix du jeune public. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

C'est un film très intéressant. On y suit des enfants livrés à eux mêmes dans la zone parisienne du nord de Paris, dans ces années 30. Il y a un côté quasiment documentaire avec des moments dramatiques tendus. C'est une façon aussi pour Christian-Jaque de faire une sorte de trilogie sur la jeunesse et l'enfance avec Les Disparus de Saint-Agil et L'Assassinat du père Noël avec une figure de scénariste, Pierre Véry, qui rassemble tout ça. C'est peut être une façon aussi de réhabiliter Christian-Jaque. En tous les cas, je pense qu'il a été trop vilipendé. 

Une belle version DVD BlueRay sort chez Pathé. Elle contient la fin alternative, comme très souvent à l'époque, un beau documentaire, des actualités Pathé. Bref, vraiment, si vous ne connaissez pas ce film - il faut dire qu'il est quand même assez rare - ces DVD et Blue Ray de chez Pathé vous permettront de le découvrir et d'en apprécier vraiment toute la saveur. 

"La Môme singe" de Xiao-Yen Wang

La fillette en question n'a rien d'un singe, mais tout d'un clone féminin, en moins âgé, d'Antoine Doinel. C'est la reine des bêtises. Avec sa bouille ronde et ses couettes, elle enchaîne les gaffes. 

La môme singe
La môme singe / ESC-Distribution

C'est le propre récit de la jeunesse de la réalisatrice chinoise. Et effectivement, cette jeunesse s'est déroulée dans les années 70 en Chine, au moment où les parents déviationnistes sont envoyés aux champs et où leurs enfants restent dans les villes, livrés à eux-mêmes. 

Cela pourrait être un récit absolument dramatique. Mais la réalisatrice reste dans un genre qui est le film d'enfants, qui n'est pas mièvre du tout, mais qui, effectivement, est peut être une bonne façon de dire : la réponse à cette dictature en acte, à ce totalitarisme, c'est peut-être cette jeunesse là. C'est peut-être cette petite fille-là et sa façon incroyable de faire des gaffes. C'est un beau DVD édité par l'Avant-Scène Cinéma et par ESC, doublé du second film de la réalisatrice (I’m seducible-2002) et d'un entretien avec elle.

François Truffaut, la passion cinéma

Vous avez seize heures devant vous ? 16 heures de programmes avec : 

  • Huit films. La Mariée était en noir, La Sirène du Mississippi, L'Enfant sauvage, Une belle fille comme moi, L'Histoire d'Adèle H, L'Argent de poche, L'Homme qui aimait les femmes, La Chambre verte
  • Un livre supervisé par Olivier Père, qui nous donne le regard de plusieurs cinéastes sur ses films : Assayas, Donzelli, Amalric, Lvovsky, Hansen-Love, etc. 
  • Des entretiens avec Denner, Lafont, Moreau à l'époque. 
  • Un court métrage : Les quatre coups avec Truffaut dans le rôle principal de l'assassin. Ça dure trois minutes. C'est un inédit absolu. C'est une merveille de ce coffret édité par Arte. 
  • Un entretien avec Truffaut qui est extraordinaire où pour La Chambre verte, il explique qu'il va terminer "ses films de bougies". Il explique qu'on ne peut pas ouvrir violemment une porte quand on tient une bougie dans un film à costumes et donc qu'il va arrêter avec ça. 

François Truffaut, la passion cinéma un coffret DVD édité par ARTE Editions, sortie le 17 novembre prochain

Les livres

Dans la collection Ciné Voyage 

Comme son nom l'indique, Ciné voyages prend un lieu et montre comment le cinéma l'a traité. Deux nouveaux volumes avec Tanger rédigé par Florence Leroy, avec en couverture le très beau film d'André Téchiné, Les Temps qui changent avec Depardieu et Deneuve. 

Florence Leroy nous rappelle ainsi que La Bandera de Duvivier, Le Spectre de Bond 007, Morocco de Von Sternberg, Only Lovers Left Alive de Jarmusch et bien d'autres encore ont été tournés à Tanger. C'est vraiment une ville de cinéma. 

L'intérêt de cette petite collection, c'est qu'elle ne néglige pas de nous montrer des cartes. Donc on voit où sont les lieux de tournage de ces films dans la ville. Et ça donne envie de partir demain matin à Tanger. 

Le second volume est consacré au Rio Grande et à la frontière USA/Mexique. C'est un livre de Clément Brault et Romain Houeix. Là aussi, nombre de westerns, mais pas seulement, ont traité de ce sujet et de cette frontière.